Gen's Stream

Forêt Primordiale v.4.4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Fil des billets    Fil des commentaires

Séries animées

Métamorphose - Introversion et phobie sociale dans les séries de l'été 2016

Introvert 0
Read the English version of this post here: Breaking the barrier - Introverts and social anxiety in summer 2016 anime En regardant les premiers épisodes de cette saison animée estivale, un détail m’a sauté aux yeux, en particulier dans Amanchu!, Handa-kun et plus tardivement Mob Psycho 100 : ces trois séries ont des protagonistes radicalement différents les uns des autres. La timide et élégante Teko, le solitaire et anxieux Handa, et Mob, le télépathe en herbe nonchalant et incompris. On pourrait difficilement leur trouver un point commun en les plaçant côte à côte, et pourtant ils partagent...

Lire la suite


Récap été 2015 - Rokka no Yuusha

Rokka 0
六花の勇者vフレミー via Pixiv. En reprenant le titre exacte d’un ancien billet, j’ai fait la promesse de revenir sur les séries de cet été, en particulier celles qui ont retenu mon attention jusqu’au bout. Rokka no Yuusha est la bonne surprise de cette saison estivale, en dépit d’un début classique orienté action/aventure, la série décide de suivre son propre chemin en s’intéressant plus à ses personnages qu’à une histoire vue et revue de héros qui sauvent le monde. En choisissant de trancher net l’idée d’un road trip avec un huis clos soigneusement construit et une chasse au traître qui se transforme...

Lire la suite


Line-up des séries à paraître sur le blog (ou pas) - Été 2015

Summer Selec
Hey les gens, ça vous dit de replonger en 2009 ? Je relisais mes anciens aperçus de saisons animées en gloussant (et en comparant ce que j’ai effectivement vu et retenu avec ce que j’ai choisi de voir…), et puisque j’ai jeté un oeil à pas mal de premiers épisodes en ce début de saison estivale, je me suis dit que je pourrais remettre le couvert comme au bon vieux temps, et même ressortir mes dessins rigolos de Tio. Je regardais toujours deux trois séries par saison ces dernières années mais je ne prenais plus le temps de vraiment me pencher sur tout ce qui se faisait, alors que la curiosité...

Lire la suite


Death Parade et le complexe de Pinocchio

Death Parade
Bon, il serait peut-être temps de faire vivre ce blog… Ne comptez pas sur moi pour vous ressortir l’éternel discours “j’ai arrêté l’animation japonaise parce que j’ai mûri”, c’est une attitude que j’ai toujours soigneusement évité, et j’ai toujours défendu mon intérêt pour ce medium pour ce qu’il a d’unique au delà du simple exotisme ou d’une crise d’adolescence passagère. Je jette toujours un oeil aux sorties saisonnières même si je ne me penche au final que sur une poignée d’entre elles. Aimer le cinéma n’implique pas de se sustenter de toutes les bouses qui sortent, il en est de même pour...

Lire la suite


Stand Alone Complex #1 : Morning Without Light

Real Drive
Real Drive épisode 12, ‘Morning Without Light’ (光のない朝) ; Shirow Masamune ; Dirigé par Hiromitsu Hagiwara ; Script par Hiromitsu Hagiwara ; Production I.G, 23 minutes, diffusé le 24 Juin 2008. Lorsque je regarde une série, il arrive qu’un épisode me marque plus que les autres, un épisode qui sort du contexte de l’intrigue pour explorer le background d’un univers original avec des idées propres qui lui donnent une richesse et une sensibilité uniques. Dans ces moments, les auteurs sont libres d’exploiter leur univers comme bon leur semble, épargnés par les limitations scénaristiques que leur...

Lire la suite


Romeo x Juliet, l'amour en noir et blanc

Romeo x Juliet
Il ya des séries qu’on pense avoir cerné en un clin d’oeil au détour d’une illustration, d’un titre ou d’un synopsis. Romeo et Juliette part boiteuse avec le bagage romantique qu’elle traîne. L’histoire d’un amour impossible souvent érigé au rang d’idéal que le sacrifice de nos tourtereaux a porté à la postérité, une histoire finalement bien gentillette qui cristallise les fantasmes de nombre d’amourettes interdites d’adolescents à fleur de peau. Alors lorsque les japonais décident de s’emparer du mythe, on se dit que toutes les extravagances sont possibles, ce que les premières impressions...

Lire la suite


Tsuritama et la symbolique de la canne à pêche

Tsuritama
Tsuritama, c’est la seconde production noitaminA de la saison avec Sakamichi no Apollon/Kids on the Slope. Si elle est moins plébiscitée que cette dernière, qui doit une bonne partie de sa popularité au nom de Shinishiro Watanabe et à l’héritage Cowboy Bebop/Samurai Champloo, ça reste un plaisir de suivre les épisodes de la série semaine après semaine sans trop savoir quoi en attendre. Il faut dire que Kenji Nakamura aime brouiller les pistes, Tsuritama s’inscrivant dans la digne continuité de ses précédentes productions Kemonozume, Mononoke et Kūchū Kuranbo (Trapeze). De ces séries...

Lire la suite


Tasogare Otome x Amnesia - Premier coup d'oeil

Tasogare Otome x Amnesia
Il paraît qu’une image vaut mieux que mille mots. Alors vu qu’en temps normal je prends ce principe à l’envers (à savoir, environ une image tous les mille mots), et vu que Tasogare Otome x Amnesia est une série qui s’y prête avec sa mise en scène futée et ses couleurs chaudes, je bouscule mes habitudes pour vous présenter uniquement l’aspect visuel de la série, qui est aussi dangereusement séduisant que son personnage principal, Yūko. Un travail signé Shin Ōnuma, directeur à qui Shaft doit ses lettres de noblesse, ayant notamment travaillé sur Bakemonogatari, les deux saisons ef, Natsu no...

Lire la suite


Chihayafuru et l'étincelle d'un regard

Chihayafuru
Les séries que je suis chaque semaine se font rares, surtout parce qu’une quantité astronomique de séries terminées m’attendent à bras ouverts. Ces derniers mois, aux côté de Mawaru Penguindrum que j’ai abordée juste avant, une autre série toujours en cours a captivé mon attention et m’offre de bons moments semaine après semaine : une petit histoire qi parle de jeu de cartes et d’accomplissement de soi, Chihayafuru. Sirius en a déjà parlé de son côté, avec cette démarche intéressante de s’intéresser à une facette de la série au fil de sa diffusion plutôt que de l’aborder dans son ensemble,...

Lire la suite


Mawaru Penguindrum : Tourne, manège...

Mawaru Penguindrum
“Un univers est gouverné par des règles qui lui sont propres et répondent sans distinction à ses besoins”, nous souffle un drôle de fantôme aux cheveux roses au début du dernier épisode de Mawaru Penguindrum. Une phrase qui n’a pas cessé de me venir en tête tout au long des vingt-trois précédents épisodes de la série, et qui sonne comme un pied de nez à l’excentricité débordante de l’oeuvre de Kunihiko Ikuhara pendant ces quelques secondes où l’auteur perce le quatrième mur. Et si le regard étrangement impassible de Sanetoshi était celui d’Ikuhara, qui pose ses yeux au delà de l’écran pour...

Lire la suite