Gen's Stream

Forêt Primordiale v.4.3

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Métamorphose - Introversion et phobie sociale dans les séries de l'été 2016

HR

Temps de lecture :

2319 mots - 12 minutes

Read the English version of this post here:
Breaking the barrier - Introverts and social anxiety in summer 2016 anime

Introvert Pic 1

En regardant les premiers épisodes de cette saison animée estivale, un détail m’a sauté aux yeux, en particulier dans Amanchu!, Handa-kun et plus tardivement Mob Psycho 100 : ces trois séries ont des protagonistes radicalement différents les uns des autres. La timide et élégante Teko, le solitaire et anxieux Handa, et Mob, le télépathe en herbe nonchalant et incompris. On pourrait difficilement leur trouver un point commun en les plaçant côte à côte, et pourtant ils partagent tous les trois un trait de personnalité avec moi : ce sont des introvertis. 

Rien de neuf sous les tropiques, d’autres séries ont raconté l’histoire de personnages qui s’extirpent de leur petit monde intérieur, le plus souvent au travers de l’amitié/amour comme dans Kimi ni Todoke (Sawako) et Tsuritama, ou le pouvoir du sport avec des séries comme Ookiku Furikabutte ou Kuroko no Basuke (Kuroko’s Basket). Ce qui est vraiment intéressant cette fois-ci, c’est qu’on a  trois séries et histoire très différentes qui dépeignent chacune de leur côté un aspect de la vie d’une personnalité introvertie.

Amanchu!, Handa-kun et Mob Psycho 100 mettent en avant à leur façon plusieurs spécificités de ce trait de caractère qui vous empêche d’avoir une relation normale avec la plupart de gens et transforme l’intéraction sociale la plus simple en un miasme de doutes et de malentendus. Et pour couronner le tout, nous vivons dans une société de plus en plus extravertie qui se fiche royalement de vos petits problèmes et se fera un plaisir de vous cogner encore et encore jusqu’à vous transformer en une petite chose brisée, fragile, pathétique.

Vivre une vie d’introverti vous contraint à une totale incompréhension pour l’essentiel des gens que vous rencontrez, et possiblement aussi vos proches qui insisteront à vous demander pourquoi vous ne riez pas assez (à quel moment rit-on “assez” exactement ?) ou pourquoi vous êtes toujours de mauvaise humeur/coincé et que ça vous ferait du bien de vous détendre un peu - même quand vous êtes parfaitement détendu. C’est encore plus humiliant quand des gens que vous appréciez sont incapables de voir que vous sentez bien avec eux. Certes, y’a pire comme handicap, mais comme on dit, the struggle is real.

Et pitié, arrêtez de vouloir nous extirper de cet endroit sombre et humide qu’est notre monde intérieur. Laissez-nous vous ouvrir la porte d’entrée et vous y inviter, il fait bon vivre ici. Tenez, essuyez-vous les pieds sur le paillasson et prenez donc une tasse de thé. 

Introvert Gif

Mais revenons à nos moutons. Amanchu! raconte l’histoire d’une adolescente aux longs cheveux de jais, Teko, et sa nouvelle vie dans une petite ville de bord de mer. Elle rencontre dès les premiers jours de classe une fille un poil déjantée surnommée Pikari, comme un éclat de lumière. Teko découvrira en sa compagnie les joies de la plongée et, j’imagine, souvrira graduellement à la beauté du monde extérieur. Classique, certes, mais le ton léger de la série rend le visionnage très plaisant et malgré l’excentricité de Pikari digne de l’héroïne de Manabi Straight! (Teko a aussi un petit côté Mei ?), il y a une certaine subtilité dans ses intéractions avec les autres. Pikari est aussi une grande timide au fond d’elle, elle canalise jsute cette timidité au travers de son sourire et son adorable - et bientôt insupportable - sifflet de plongée. Amanchu! est adapté d’un manga de Kozue Amano, créateur d’Aria, et il ya bel et bien un air de famille. 

Le casting féminin est tout de suite attachant et cette relation particulière avec l’eau est toujours omniprésente, éclaboussant au travers des tons colorés rafraîchissants, ruisselant comme des cascades au travers des yeux des personnages, emportant le spectateur dans la série avant qu’il ait même eu le temps de boire la tasse. L’animation fluide aidée par la direction précise de Junichi Satou et Kenichi Kasai donne une vie propre aux images, je pense que els fans du manga ne pouvaient pas rêver meilleure adaptation à ce niveau là. Amanchu! est un pur délice d’été, à savourer pendant les chaudes journées de farniente. L’eau est un élément envers lequel j’éprouve une affinité naurelle, à la fois un moyen de me laisser flotter hors du monde, et une présence dangereuse qui me rappelle à quel point ce monde peut me submerger jusqu’à la noyade. Les introvertis sont avant tout des êtres instinctifs.

Handa-kun, le prequel/spin-off bizarre de Barakamon, fait les choses d’une autre façon, au travers de l’humour. Handa, ici présenté pendant ses jeunes années de lycée, est un élève introverti qui veut juste vivre une vie de lycéen moyen comme tout le monde. Mais Handa, fils d’un calligraphe célèbre et héritier de la fortune et du talent de son père, n’est pas n’importe-qui. Le lycée entier lui voue une admiration sans faille. Quand j’étais lycéen la calligraphie n’était pas un talent particulièrement apprécié auprès de mes camarades, mais admettons que c’est comme ça que ça marche au Japon ou dans une série animée. L’humour repose cependant sur un détail, et pas des moindres : Handa pense que tout le monde le déteste, trop occupé à réfléchir à l’image que les gens se font de lui pour voir ce qu’ils pensent vraiment. Envers et contre tout, l’introverti aspire à la normalité.

Introvert Pic 2

C’est une façon intéressant de présenter les choses que je n’ai pas croisée souvent dans un anime : dans Kimi ni Todoke, Sawako est une marginale surtout vue comme un créature surnaturelle qui cache en fait un bon fond. Handa-kun ene st l’exact opposée, il est vénéré comme un dieu vivant, mais n’est qu’un lycéen normal - quoi qu’un poil paranoïaque (gélotophobe ?) à l’intérieur. La série ne traite ici pas de sa métamorphose vers une vie plus extravertie, mais de la façon dont un introverti gère sa vie quotidienne tant bien que mal. Les murs d’énergie qui cloisonnent Handa dans sa solitude sont réels, ils m’y ont condamné trop souvent.

Ils sont aussi dans ce passage où Teko voit toutes les filles de sa classe nouer des liens et former des groupes dans Amanchu!, culpabilisant de son côté parce qu’elles est incapable de faire de même, et aussi quand vient son tour de se présenter au reste de sa classe, tout m’est terriblement familier. Quand Handa se cache des autres lycéens dans la rue, c’est pour éviter que son meilleur ami soit vu avec lui et persécuté à son tour. Les introvertis ne sont pas égoïstes de nature, au delà de l’humour simplet de la série cette scène illustre comment on peut appréhender les choses les plus banales, de notre propre façon.

Si je ne répond pas à votre salutation polie ou que j’ai l’air de m’être levé du pied gauche, dites-vous que je ne le fais pas parce que je vous déteste ou que je veux qu’on me laisse tranquille, j’ai probablement juste été surpris et n’ait pas trouvé la bonne façon de répondre. La solitude reste un élément important de notre manière de fonctionner : j’ai personnellement besoin d’être seul de temps en temps pour souffler et me souvenir de qui je suis quand j’enlèves mes masques sociaux. Comme une recharge de batteries, ça me permet de continuer à travailler et croiser du monde pendant le reste de la journée. Je ne recherche pas la solitude parce que je suis un gros misanthrope mais précisément parce que c’est comme ça que je peux continuer à donner de moi lorsque j’entre en contact avec d’autres personnes. C’est éprouvant et ça demande du repos. 

Introvert Pic 4

Je ne m’attendais pas à retrouver le sujet dans Mob Psycho 100 au delà du pur spectacle d’animation qu’est cette série (on dépasse One Punch-Man haut la main à ce niveau là), mais le troisième épisode développe des thématiques passionnantes au sujet du fait d’être introverti, des comportement sociaux et des discours de développement personnel. Dans ce petit épisode stand alone, Mob est confronté à un nouveau mouvement qui lui promet une vie de bonheur et de pleinitude. La clé de ce bonheur fraîchement trouvé mais longuement recherché : le rire. Mob se retrouve rapidement au milieu d’une foule de fanatiques en plein délire hilare guidée par un gourou tout ce qu’il y a de plus sectaire. Evidemment, Mob reste de marbre. 

Cet épisode m’a fait penser à deux choses. D’abord, le nombre croissant de mouvements sectaires qui affirment détenir la vérité absolue et promettent l’illumination à leur fidèles, et l’anéantissement aux sceptiques, offrant une morale en noir et blanc sur un joli plateau d’argent aux crédules. Ensuite, à ces thérapies du rire populaires qui auraient une multitude d’effets positifs sur la santé, mais restent gênants et dérangeants lorsqu’on ne rit pas de concert, et ne payent aucune facture ni ne ramènent un proche à la vie quand vous arrêtez de rire. Mob ne prend pas de raccourcis vers son bonheur personnel, mais comme tout le monde il veut être accepté pour ce qu’il est. C’est ce qui explique que son mentor mythomane reste un idéal à ses yeux et qu’il le considère toujours comme une personne digne de confiance.

Un autre détail : Mob fonctionne avec une sorte de compte à rebours mental intégré qui le fait passer en mode berserk quand il atteint 100, d’où le titre de la série. Internaliser ses émotions est une pratique courante quand on est introverti, il en résulte qu’on est souvent considérés comme stupides ou froids parce qu’on garde tout à l’intérieur de nous jusqu’au point où on explose. Créant de ce fait encore plus de malentendus, puisque personne ne comprend d’où vient cet éclat de colère soudain. Les introvertis ne sont pas aveugles au monde qui les entoure, ils le canalisent juste de leur propre manière.

Introvert Pic 3

Friedrich Nietzsche a autrefois écrit : “Le fanatisme est la seule forme de volonté qui puisse être insufflée aux faibles et aux timides.”, une phrase courramment utilisée pour attaquer les personnalités renfermées et ce qui est généralement considéré comme de la faiblesse dans le monde social : timidité, émotivité, sensibilité, être influençable, autant de traits de personnalité considérés comme féminins dans un monde gouverné par le culte de la virilité. Mais cette attaque est justement une façon pour le discours dominant de s’accaparer le sens et les arguments des travaux de Nietzsche pour les utiliser à ses propres fins au service d’un rapport mental et moral dominant-dominé.

Le ‘faible’ est aussi mauvais que le ‘fort’ parce que tous deux pérénnisent un système calibré pour écraser la volonté individuelle. Essayez de me forcer la main et vous comprendrez ce qu’être buté veut dire, être timide ou introverti n’a jamais empêché d’avoir une conscience et une volonté. Les introvertis n’ont pas besoin d’être sauvés pour devenir de parfaits extravertis, il est temps que nous, introvertis comme extravertis, comprenions enfin qu’il existe une grande diversité de gens opérant au travers de multiples personalités/identités imparfaites qui travailleront de concert tant qu’on reste capables d’empathie et compréhensifs les uns vis-à-vis des autres.

Aussi sombre et nihiliste que puisse être le monde décrit par Nietzsche, j’ai toujours vu dans cette noirceur une façon de pointer du doigt l’importance de l’espoir, cet éclat de lumière fugace qui est la seule chose qui vaille le coup d’être défendue envers et contre tout. Ami introverti, lève la main, tu n’est pas tout seul, et ta valeur en tant qu’individu n’est pas définie par ton abilité à gérer un monde qui a de toute façon rendu les comportements naturels obsolètes il y a bien longtemps en échange d’une sécurité toute relative. S’il y a une quelconque normalité à faire faloir, c’est bien la notre, puisqu’on reste fondamentalement construits pour évoluer dans de petits microcosmes paléolithiques, entourés d’une poignée d’individus proches dans un monde qui était - et le reste à un point qu’il nous est incapable de concevoir - sauvage.

Lectures recommandées :

Barakamon : calligraphie et tranche de vie via Vaikarona

Impressions sur les séries de l’été 2016 (1ère partie) vie L’Antre de la Fangirl

Flying Witch - Arrêt sur une mage via Marge raisonnable de déviance

Une sélection d’animes parfaits pour l’été! via Nostroblog


Gen'

Gen'

Abonnez-vous au Flux RSS pour suivre les prochains billets de cette catégorie.

xulk xulk ·  04 août 2016, 20:58

Salut à toi! j'ai lu ton article avec beaucoup d'attention et étant moi-même timide je me suis reconnu dans pas mal de situation des animes que tu as cité, c'est assez drôle quand j'y repense la culture japonaise est pourtant très différente de la nôtre.Gros coup de coeur pour Amanchu! d'ailleurs, mais bon j'avais adoré Aria donc forcément...

super article en tout cas :)

Gen' Gen' ·  05 août 2016, 00:40

C'est un sujet vaste et je n'ai pas la prétention de pouvoir le résumer en un commentaire, mais la timidité est un élément essentiel de la culture japonaise, un peu à l'opposé de notre course occidentale vers l'expression de soi et les libertés individuelles. Jusqu'à récemment la société japonaise encourageait le sacrifice de soi pour le bien commun, les conversations enrobées de politesses et de sous-entendus composaient la base d'une relation sociale saine et la timidité était considérée comme une vertu, un peu à la façon de la société victorienne chez nous, c'est encore vrai aujourd'hui même si tout ça change petit à petit. Pas étonnant de trouver diverses œuvres qui abordent le sujet donc. Teko est d'ailleurs une parfaite Yamato Nadeshiko : la femme japonaise "idéale", timide et bonne à marier.

Je trouve quand même globalement Amanchu! mieux rythmé qu'un Aria, ceux qui trouvaient ça soporifique ont plus de chance de trouver Amanchu! à leur goût au vu de ces premiers épisodes.

Merci pour ton commentaire :)

Poyjo Poyjo ·  04 décembre 2016, 12:08

Bonjour,
Je découvre l'article tard (mais ce n'est jamais trop tard, non ?) mais j'ai vraiment apprécié ton article. J'adore le traitement, je ne pensais pas qu'on pouvait traiter les 3 séries ensemble sur ce point et tu le fais admirablement. J'ai bien aimé aussi la manière dont tu fais intervenir Nietzsche sans que ce ne soit lourd et pour amener l'ouverture. Et vu que je dois être un bon introverti à ma manière, je n'ai pas pu m'empêcher de réfléchir dessus avec une furieuse envie de revoir Amanchu et Mob Psycho 100. Pour Handa-kun je suis toujours un peu hésitant, j'entends trop de mal de la série malheureusement :(. Après quant à l'article, j'ai l'impression qu'il manque quelque chose, je ne suis pas sur que ce soit mais peut-être qu'il manque des transitions entre chaque série ou une conclusion pour affirmer encore plus comment le traitement de l'introversion diverge entre les 2 séries.

A part ça, merci pour avoir cité Barakamon de Vaikarona :3.

A bientôt. Je sais maintenant que je peux passer sur genstream pour trouver de bons articles :3.

Gen' Gen' ·  19 janvier 2017, 02:48

Est-il trop tard pour répondre à un commentaire un mois après qu'il fut posté ?

Merci pour ton avis constructif, j'étais parti dans l'idée d'une réflexion un peu brute plus qu'un essai à proprement parler, c'est quelque chose que je lis avec beaucoup d'admiration et que j'expérimente à ma façon. Handa-kun est une comédie comme il en sort des tonnes très loin de Barakamon (la comparaison ne lui réussit pas) mais je la trouvais à-propos.

Les commentaires sur ce blog utilisent l'affichage Gravatar, enregistrez votre mail en quelques clics pour lier automatiquement votre adresse mail à un avatar de votre choix sur tous les sites compatibles. Cliquez ici pour en savoir plus.



Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Notice: Undefined index: c_question_hash in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 55 Notice: Undefined index: c_answer in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 61


Voir Également

Récap été 2015 - Rokka no Yuusha

六花の勇者vフレミー via Pixiv. En reprenant le titre exacte d’un ancien billet, j’ai fait la promesse de...

Lire la suite

Line-up des séries à paraître sur le blog (ou pas) - Été 2015

Hey les gens, ça vous dit de replonger en 2009 ? Je relisais mes anciens aperçus de saisons animées...

Lire la suite


top