Gen's Stream

Forêt Primordiale v.4.4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"

Dead Space Extraction (Wii)

HR

Temps de lecture :

3106 mots - 16 minutes

Note : les captures d’écran du billet ne sont pas de moi, je n’ai pas la chance d’être l’heureux possesseur d’une VGA Box (mais ça viendra peut-être un jour). Oh, et je me sens obligé de déconseiller le jeu aux âmes sensibles et aux plus jeunes (et ce billet par la même occasion, qui contiendra quelques détails… hum… croustillants).

Dates de sortie : 24/09/09 (Europe), 29/09/09 (USA), 01/10/09 (Japon)
Genre : Rail-shooter, Action, Horreur, Science Fiction
Nombre de joueurs : Solo/Coopération
Développeur : Visceral Games
Editeur : Electronic Arts
PEGI : 18+

Les bons jeux ne se bousculent pas sur Wii, et le retard graphique de la console n’excuse pas la facilité avec laquelle les développeurs sortent des jeux en grande majorité moyens, pour oublier l’immense quantité de jeux commerciaux sans aucun intérêt. Bref, en ces périodes de trouble pour le jeu-vidéo, il ne fait pas bon être possesseur d’une Wii qui commence franchement à prendre la poussière. Difficile de trouver son bonheur à un joueur dans tout ça, la console étant de plus en plus poussée vers le multijoueurs (et d’abord par la marque Nintendo elle-même). Alors que les gros jeux s’empilent sur les autres consoles et sur PC, la pauvre console Nintendo se contente souvent des restes. C’est le cas de Dead Space Extraction, adaptation du Survival Horror Dead Space sur PC et consoles HD, qui adopte un genre de plus en plus répandu sur la console (Resident Evil Umbrella Chronicles, House of the Dead Overkill) : le Rail-shooter. Comprenez par là que le jeu n’est qu’une longue cinématique qui limite les actions du joueur, en gros on se contente de canarder tout ce qui vient à l’écran (les précurseurs du genre étant les séries des House of the Dead et Time Crisis sur PC). Un genre un peu particulier et très délicat donc, qui fait passer la console pour un jouet à côté des véritables FPS et Survival Horror de Microsoft et Sony. Mais alors Dead Space Wii, adaptation expédiée ou épisode à part entière dans l’univers Dead Space ?

Dead Space Extraction

Dead Space, c’est avant tout un Survival Horror qui mise sur une ambiance oppressante et prend le pari de se dérouler dans un environnement qui a déjà fait ses preuves en jeu-vidéo comme au cinéma : l’Espace. S’inspirant de films comme la saga Alien ou le huit-clos antarctique The Thing, le jeu nous plonge dans un vaisseau spatial abandonné, l’Ishimura, hanté par une entité extra-terrestre terrifiante sous fond d’hallucinations et de complot centré autour de l’Unitologie, une néo-religion née d’un artefact retrouvé sur terre par le patriarche du mouvement il y a des décennies : le Monolithe (ou “marqueur” traduit littéralement de l’anglais). Le jeu, à la progression un peu redondante à la longue et criblé d’allers-retours interminables, nous permettait néanmoins de plonger dans cet univers particulier et d’en apprendre petit à petit sur cette mystérieuse religion et les évènements qui ont engendré la situation actuelle, le tout en mettant nos nerfs à rude épreuve dans des séquences de pure boucherie. Parce que même si dans le fond Dead Space s’inspire des début de la série Resident Evil/Biohazard, et nous permet de savourer une véritable expérience Survival Horror alors que la licence qui a créé le genre se perd elle-même dans le Third Person Shooter sans frissons, Dead Space est bien différent de ses ancêtres. Tout d’abord, parce que les bon vieux zombies sont une fois de plus mis aux oubliettes pour nous confronter aux Necromorphes, abominations cadavériques rapides et taillées pour démembrer et écraser à tout va.

The Thing L’aspect nerveux du jeu ne vient d’ailleurs pas vraiment de la peur et de la surprise, les apparitions de ces sales bêtes étant prévisibles, mais surtout de l’effort avec lequel elles se jettent sur vous pour vous tailler en pièces et vous infecter, telles les lames d’un hachoir tombant sur un steak de bœuf. Autant dire qu’avoir la gâchette facile devient vite une règle de survie dans cet environnement mortel, les Nécromorphes n’hésiteront pas la moindre seconde pour faire leur travail d’éradication. D’autant plus que les hachoirs sur pattes se déclinent en plusieurs versions, du fantassin de base à la créature ailée qui propage l’infection en quelques secondes, en passant par la vermine rampante qui vous saute à la gorge sans crier gare. Certaines atteignent même des tailles gargantuesques en se nourrissant tranquillement dans leur coin sombre, prêtes à dérouler un tentacule géant pour vous emporter dans un trou de la taille d’une cuvette de toilettes (ceux qui ont vu le film Un Cri dans l’Océan  (Deep Rising) savent que l’effet est loin d’être plaisant). Bref, un environnement hostile, c’est le moins qu’on puisse dire, d’autant plus que l’ennemi, dont on imagine qu’il existe à la base sous une forme bactérienne, est partout, invisible, et se glisse insidieusement dans votre tête pour provoquer tout un tas d’hallucinations charmantes et vous murmurer des douceurs à l’oreille (on se demande même si les victimes ne sont pas encore vivantes après leur hideuse transformation, incapables de contrôler ce qu’il leur reste de corps… une pensée assez horrifiante). Dead Space, c’est décidément pas une croisière au Club Med donc (quoi que).

Dead Space ExtractionDead Space Extraction

Le jeu s’en sort plutôt bien niveau graphismes grâce à un usage impeccable des lumières, le rendu des textures reste toutefois très limité. L’ambiance de Dead Space s’en trouve pourtant parfaitement retranscrite.

Alors que le premier volet Dead Space mettait en scène l’équipe de secours qui arrivait sur l’Ishimura après l’invasion du vaisseau et de la colonie sur la planète Aegis VII, cet épisode Wii met en scène les évènements qui précèdent : la macabre annihilation de la population du secteur. Première surprise et plutôt bonne donc, cet Rail-shooter ne reprend pas bêtement Dead Space et nous en offre une préquelle intelligente, qui nous permet d’éclaircir plusieurs points de l’histoire, et de vivre l’inondation sanglante provoquée par l’extraction du Monolithe sur un puits d’excavation, les Necromorphes s’emparant de l’esprit des humains avant d’en faire de la chair à pâtée. Le but n’est plus de s’enfoncer au cœur du vaisseau et de la colonie pour comprendre la catastrophe, mais au contraire de prendre ses jambes à son coup pour quitter cet enfer. Et vous ne serez pas seuls dans votre fuite puisque le joueur se retrouve dans la peau de différents protagonistes au cœur d’un groupe de survivants qui ne sera pas épargné par les évènements. Avec les relations tendues entre les personnages (entre ceux qui perdent peu à peu l’esprit et les unitologues suspicieux, on est plutôt mal accompagnés) et les multiples dysfonctionnements qui obligeront à faire moultes détours (fait commun au jeu original), les préparations pour le départ ne seront pas paisibles.

Dead Space Extraction

Sans compter que les personnages ont la fâcheuse manie de se faufiler dans des endroits impensables pour trouver un chemin viable (canalisations, égoûts, rails), on regrette parfois de ne pas pouvoir agir sur les déplacements pour leur remettre les idées en place. Mais ces multiples détours dans des environnements variés (dont certains coins de l’Ishimura déjà traversés dans Dead Space), les dialogues nombreux et la mise en scène tonique donnent un côté cinématographique très plaisant au jeu, il faut donc aussi revoir l’intensité et le rythme en hausse par rapport à son homologue Survival Horror. Des rebondissement variés agrémentent l’aventure, que beaucoup de détails permettent de lier au premier volet (comme le message d’adieu de Nicole, dont on assiste à l’enregistrement en direct). Cet épisode Extraction qui porte bien son nom, en plus d’enrichir la mythologie du jeu, se permet d’enrichir aussi son bestiaire grâce aux nouveaux environnements qu’on y parcourt.

Une réussite sur tous les plans à ce niveau là, les questions laissées en suspens nous poussent à en redemander, on sent que la licence est encore loin d’avoir libéré tout son potentiel. Un petit clin d’œil est même adressé au gameplay du premier volet au tout début du jeu, lorsque la caméra se positionne un moment au dessus de l’épaule d’une armure similaire à celle d’Isaac Clark, on s’y croirait.

Dead Space ExtractionDead Space Extraction

Souder les circuits met la précision de la wiimote à l’épreuve, et ce n’est pas une mince affaire avec les pièges qui les parcourent et les vagues d’ennemis qu’il faut retenir en même temps : c’est là que le mode coopération prend tout son sens. Le nombre de protagonistes est aussi revu à la hausse par rapport au Survival Horror, on se sent clairement moins seul : l’intérêt des relations entre les personnages en devient croissant et l’impression de panique est omniprésente.

Là où le jeu a beaucoup de mal à persuader, c’est justement au niveau du gameplay. Qu’on ne s’y trompe pas, le risque de choisir le Rail-shooter vaut l’expérience de jeu, et de multiples armes mettent toujours le démembrement acharné au cœur de Dead Space Extraction (les Necromoprhes, c’est avant tout des boules de nerfs qui se propagent dans votre corps, trancher ces nerfs est donc la meilleure solution pour en venir à bout). Que ce soit en découpant, tranchant, écrasant, pulvérisant, brûlant, les Necromorphes aussi en prennent pour leur grade, et la boucherie qu’était Dead Space en Survival Horror l’est toujours sur une console familiale sans la moindre trace de censure. Les graphismes moins optimisés aidant, c’est forcément moins choquant (si ce n’est lorsqu’on est contraint de se couper le bras pour s’enfuir…), mais la console arrive sans mal à restituer l’ambiance et les décors du premier volet, surtout grâce aux effets lumineux très réussis (on s’attardera moins sur les textures, cruellement moches en plan rapproché).  Les visages des personnages aussi ont bénéficié d’un soin notable.

La rapidité de l’action pousse le joueur à ne pas trop s’attarder sur les détails et les décors, mais ces derniers n’en restent pas moins travaillés et agréables à traverser, ils sont peut-être même moins monotones qu’auparavant, même les zones de zero gravité sont au menu. Il faut néanmoins être attentif aux mouvements de caméra pour inspecter les moindres recoins des lieux traversés, remplis de munitions, de medikits, d’améliorations et de bonus à débloquer. (ça se joue parfois à la demi-seconde pour louper un objet caché). Le joueur prend parfois le contrôle de la caméra pendant quelques secondes pour inspecter le décor, ce qui lui donne tout juste le temps de ramasser tous les objets visibles. Ajoutons à ça la stase toujours présente (qui ralentit les ennemis ou certains éléments du décor), le télékinésie (qui permet de prendre les objets ou renvoyer les projectiles, entre autres ), le fait de remuer la wiimote pour se libérer de la prise d’un monstre, les circuits à souder, choisir une direction de progression de manière occasionnelle, et surtout la possibilité de jouer à deux et de s’affronter aux points sur des niveaux défis. Le gameplay de Dead Space est parfaitement retranscrit, il y a de bonnes idées et le plaisir de jeu est bien présent, surtout à deux joueurs.

Dead Space ExtractionDead Space Extraction

Les zones de gravité zéro donnent lieu à quelques jolies pirouettes, on a même l’occasion de faire un tour dans l’Espace. Les armes reprennent quand à elles les grandes lignes de celles de l’épisode Survival Horror : on retrouve évidemment les deux trancheurs, très efficaces face aux importantes vagues d’ennemis, et le lance flamme qui permet se se débarasser en un rien de temps de la vermine plutôt dangereuse lorsqu’elle vous grimpe dessus et vous force à secouer la wiimote comme un dingue pour vous libérer.

On peut cependant regretter que certains détails aient été si mal pensés. Les armes tout d’abord, qui même si elles ont l’avantage d’être diverses et efficaces manquent complètement de précision. Lorsque deux joueurs se mettent par exemple à arroser au lance-flamme, on y voit simplement plus rien à l’écran, et les curseurs de tir sont honteusement gros et colorés, au point de masquer complètement une cible dans la pénombre. On aurait aussi aimé pouvoir passer en mode secondaire sans avoir à se tordre le poignet (il faut incliner la wiimote, ce qui est une idée marrante mais un peu gênante à la longue), et avoir un trancheur qui tourne en suivant le degré d’inclinaison de la wiimote aurait été plus sympa, plutôt qu’un mode secondaire vertical. La présence de shops où griller ses points de boucherie, ça aurait été une bonne idée aussi. Et pourquoi seulement deux joueurs, et pas jusqu’à quatre ? On s’y perd souvent dans tout ça et on ne sait plus trop où et avec quoi tirer (pour les boss, ça empire), et la précision aléatoire de la wiimote n’aide pas (on se contente souvent d’arroser sans réfléchir pour être efficace). Autant dire que pour un jeu de type Rail-shooter basé essentiellement sur le tir, ça la fout mal. On aurait aussi mérité des modes de jeux plus nombreux, mais on se contente d’un mode histoire (avec quand même un choix de difficultés) et du mode collecte de points pour défier un autre joueur à qui sera le meilleur boucher. Le genre laissera les joueurs les plus avides frustrés, un problème que des modes de jeux plus variés aurait pu en partie corriger.

Dead Space ExtractionDead Space Extraction

Les bonus débloquables nous donnent l’occasion de voir les prémices de l’invasion sous formes d’épisodes en images, les dessins  rappelant la mouture animée de Dead Space. Certains décors seront familiers pour ceux qui ont parcouru les couloirs de l’Ishimura dans le premier Dead Space.

Et si on ajoute à ça une difficulté relativement peu élevée, même en mode Impossible (à moins de tenir sa wiimote avec les orteils), on est en droit de pleurer toutes les larmes de son corps. Faudra aussi m’expliquer pourquoi les contrôles ont été modifiés si aléatoirement en fonction des joueurs en coopération : le premier est muni du combo nunchuck/wiimote et le second d’une unique wiimote, l’obligeant à se tordre le pouce pour appuyer sur le bouton de recharge mal placé… et pourtant le premier joueur n’a rien de plus à faire que le second tout au long du jeu (si  ce n’est donner des coups de crosse dispensables, ou largement assignables à la wiimote), le choix est juste incompréhensible.

House of the Dead Overkill s’en sort par exemple beaucoup mieux à ce niveau là, en facilitant la prise en main avec une seule wiimote (en en étant au passage plus technique… et plus fun), des touches bien pensées et similaires pour les deux joueurs, ainsi qu’une recharge qui s’effectue le plus simplement du monde (mais le gameplay est aussi moins complet). Dead Space a encore du progrès à faire de ce côté là, c’est évident, même si Extraction est sans doute le premier et dernier épisode en Rail-shooter. Il aurait pourtant été si simple de corriger ces gros défauts, qui gâchent franchement la prise en main et font un peu tâche au milieu de ce spin-off en grande partie réussie, et plein de bonnes idées. Avec l’abondance de jeux annexes de ce type, on est cependant en droit de se demander si la Wii ne tiendrait pas plus du gadget vidéoludique que de la véritable console “next-gen”. La console est pourtant apte à accueillir le FPS Aventure, elle l’a amplement prouvé avec la trilogie Metroid Prime, qui nous fait l’honneur d’une sortie en pack, une occasion en or de redécouvrir les trois jeux. Et je me pose une question : pourquoi aucun Rail-shooter ne propose encore de mode coopération en ligne ? En plus d’être amusant, c’est le genre de détail qui aurait donné à cet épisode Extraction tout son intérêt, au moins pour patienter en attendant le véritable Dead Space 2



Cette pseudo-suite de Dead Space prenait un risque conséquent avec cette adaptation Wii en adoptant le Rail-shooter, mais elle se révèle finalement être plus riche et travaillée qu’elle ne le laissait présager. Les multiples subtilités de l’univers du jeu raviront ceux qui veulent en savoir plus à propos du background de Dead Space, et les amateurs du volet HD ne perdront pas leurs repères en retrouvant ce qui faisait son originalité (stase, démembrements, jeux de gravité et ambiance oppressante). Les joueurs les plus assidus regretteront cependant les imprécisions du gameplay et certains choix plutôt étranges, et on aurait aimé ne pas être limité à deux joueurs en coopération. Les limites très vites atteintes du jeu et le manque de modes alternatifs lui donnent finalement une très faible durée de vie, déjà bien grignotée par le genre. Pour ceux qui ont aimé Dead Space et plongent avec plaisir dans une ambiance horrifique et oppressante, Extraction est une bonne pioche, mais les puristes et ceux qui découvrent le Rail-shooter prendront plus de plaisir sur House of the Dead Overkill, mieux ficelé et plus amusant à un comme à plusieurs joueurs.


Gen'

Gen'

Abonnez-vous au Flux RSS pour suivre les prochains billets de cette catégorie.

bahatingle bahatingle ·  20 octobre 2009, 12:17

Mouais, il ne vaut largement pas l'épisode HD. Mais joli effort de EA qui n'a pas fait un jeu à la va-vite.

Gen' Gen' ·  20 octobre 2009, 14:20

Forcément, c'est incomparable, en terme de durée de vie comme de genre. Mais dans la famille des Rail-shooter, ce n'est pas le moins bien loti (je pense notamment à Ghost Squad aussi sur Wii, qui est bien pire...). D'autant plus que le jeu apporte vraiment quelque chose à l'univers, et complète le background du premier. Enfin bon, je vais pas réécrire le billet :x

IcingSugar IcingSugar ·  20 octobre 2009, 17:37

Comme je te l'avais dit, pour l'avoir essayé en Allemagne, je ne l'achèterai pas car je n'avais pas du tout était emballé. Certes, c'est de la Wii, mais je n'en fais pas une excuse... surtout que je n'ai pas accroché à la façon de jouer. Tuer le peu de monstres que j'avais vu, fut une véritable plaie. :S

A noter qu'effectivement, je me demande comment on peut encore garder la Wii chez moi. Mon copain avait acheté "MadWorld" car nombre de personnes avait dit que c'était jouissif. Je trouve que c'est un gros jeu à caca. :D

Gen' Gen' ·  20 octobre 2009, 17:54

Peut-être que c'est le genre qui ne ta plaît pas ? Mais c'est sûr que ça fait plus passer le jeu pour un mini-jeu du vrai Dead Space quand on voit la durée de vie et le contenu. J'ai quand même trouvé l'expérience intéressante, ça change du premier Dead Space, l'histoire est presque plus complète et la progression est moins ennuyeuse (même si elle est automatisée). Enfin, même si c'est pas un grand jeu, ce fut un bon moment de détente pour ma part, et c'était l'occasion d'en apprendre plus sur l'univers du jeu, mais je comprend tout à fait que tu ne sois pas emballée, même si tu terminais l'aventure il est probable que tu n'aimes pas :)

La Wii est surtout valable pour le multijoueur ces temps-ci, même si Metroid Prime Trilogy nous rapelle qu'elle excellait aussi à un joueur (il me faut absolument ce pack d'ailleurs). Je vois surtout beaucoup de gâchis dans tout ça, mais certains jeux à venir devraient corriger un peu le tir : Muramasa, la suite spitituelle d'Odin Sphere, et Crystal Bearers qui titille ma curiosité.

Et je persiste à dire que c'est très joli pour de la Wii, ça fait sans doute mal aux yeux quand on a l'habitude du HD mais les graphismes des anciennes consoles ne les empêchaient en aucun cas de posséder de bons jeux. Certains décors sont très jolis dans Extraction, même si d'autres sont relativement simples (comme les canalisations très sommaires). Mais je pense que la Wii peut quand même mieux faire (Mario Galaxy, Metroid Prime 3 étaient vraiment beaux par exemple).

Désolé pour la réponse interminable, je me suis encore laissé allé ^^'

IcingSugar IcingSugar ·  22 octobre 2009, 09:23

Je ne doute absolument qu'ils puissent faire mieux, mais la mode est au "casual" et il est vrai que ce n'est pas du tout mon rayon. Ils jouent la carte de la facilité avec des trucs moches et que personnellement, je trouve vraiment sans intérêt.
J'ai pourtant essayé certains trucs du genre Wii Fit, mais franchement, après une heure de jeu, c'est bon, j'ai ma dose.
Ce qu'ils ne se disent peut être pas, c'est que la 3D n'est pas une obligation non plus. Personnellement, j'aime beaucoup la DS pour tous ces petits jeux en 2D qu'elle peut offrir.

Pour en revenir à "Dead Space", pour en savoir plus sur l'univers, as-tu regardé l'anime (horrible) qui a été fait pour parler de ce qui se passe avant le jeu ? :)

Gen' Gen' ·  22 octobre 2009, 20:25

Euh, j'avoue que non, j'en ai entendu parler mais mon masochisme a ses limites ^^'

Et des bons jeux en 2D, y'en a aussi sur Wii :) (y'en a aussi des mauvais d'ailleurs, comme New Super Paper Mario qui est super lourd à la longue et vraiment peu fouillé). Je radote, mais Muramasa va sans doute encore une fois prouver que la 2D peut être supérieure à la 3D, même sur une console dite "next-gen". Et en terme de jeux 2D, le mieux est le se tourner vers les productions anciennes qui ont construit le genre sur de vieilles consoles :)

Par contre Extraction n'est pas forcément casual, mais c'est clair que le Rail-shooter est un genre assez simpliste. Je vois plus le jeu comme une sorte de complément au premier volet, pas forcément mauvais mais forcément moins intéressant.

Goon Goon ·  27 octobre 2009, 10:58

Je suis entrain de jouer à Dead Space sur PS3 en ce moment (je suis rendu au chapitre 11), je trouve ce jeu vraiment prenant au niveau de l'ambiance (dommage que le scénario ne soit pas à la hauteur).
Je suis d'accord avec Gen, je pense que de bons jeux en 2D peuvent faire face à la 3D.

Gen' Gen' ·  27 octobre 2009, 23:03

Le souci de l'opus original, c'est que le scénario est quasi inexistant, ce qui rend la progression très redondante... En fait, c'est drôle de constater que même dans cette situation Isaac passe son temps à faire son boulot de mécano-réparateur. Dans Extraction, c'est l'inverse, le scénario est là mais l'aventure est trop courte pour être vraiment approfondie. Elle reste cependant un bon complément :)

Les commentaires sur ce blog utilisent l'affichage Gravatar, enregistrez votre mail en quelques clics pour lier automatiquement votre adresse mail à un avatar de votre choix sur tous les sites compatibles. Cliquez ici pour en savoir plus.



Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Notice: Undefined index: c_question_hash in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 55 Notice: Undefined index: c_answer in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 61


Voir Également

Final Fantasy XII (Playstation 2 / Playstation 4)

Dates de sortie : Original : Mars 2006 (Japon), Octobre 2006 (USA), Février 2007 (France)      ...

Lire la suite

The Legend of Zelda : A Link Between Generations

Je ne pensais pas parler de la série Zelda ici un jour, je préfère mon confortable créneau...

Lire la suite


top