Gen's Stream

Forêt Primordiale v.4.4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"

Ombres chinoises

HR

Temps de lecture :

3751 mots - 19 minutes

Une nomination surprise au concours Golden Blog, dont je remercie encore les sélectionneurs et éventuels votants pour leur infinie bonté, des nouveaux visiteurs intéressés potentiels, une occasion en or de favoriser les échanges (et les découvertes, dans les deux sens), il est plus que jamais temps d’essayer de se tenir à ce rythme de publication hebdomadaire tout en proposant des billets dignes d’assurer leur rôle d’intermédiaire, entre les personnes comme leurs idées. Depuis quand ne vous êtes-vous pas laissés porter par le courant que forment les mots ? Avez-vous déjà même ressenti l’apothéose jouissive d’un tel abandon ? Cet instant où les lettres s’envolent dans l’onirisme comme une mélodie entêtante, c’est plutôt qu’une fin, un moyen d’ouvrir lecteur et rédacteur aux mêmes sensations, comme l’humour ou la spontanéité peuvent être les outils de cet objectif commun. Et dans le chaos de cette réunion, dessiner les pourtours d’une impression juste et équilibrée qui transcenderait les extrêmes, conclusions trop rapides, faciles dans un environnement où rien ne l’est vraiment.

Pic

Dirty White Trash (With Gulls), sculpture en ombre portée de Tim Noble et Sue Webster (ne cherchez pas, il n’y a aucun trucage pour l’ombre de fond).

Je me permets ce gros hors sujet dans la ligne éditoriale du blog pour parler d’une chose dont j’ai au final trop peu l’occasion de parler, ou alors en courte digression nombriliste (difficile de reprocher à un weblog sa tendance à l’egoblogging quand c’est un élément qui fait partie des fondements même du concept), les “pourquoi” et “comment” de cet espace insignifiant qui contient pourtant tant de choses aux yeux de son propriétaire. J’ouvre donc une grande balise [OSEF] au début de ce billet, pas spécifiquement pour parler de moi, on s’en fiche encore davantage (moi-même ne me trouvant déjà pas bien intéressant, je ne vois pas bien ce que je pourrais vous raconter), mais plutôt pour parler de l’usage que j’ai toujours voulu faire, peut-être inconsciemment au départ, de cet outil populaire qu’est devenu le weblog (parce que je vous rappelle que Forêt Primordiale en est à sa version 3, ce qui signifie bien qu’il y a eu deux versions auparavant), et plus généralement de ce que lui et son usage actuel m’évoquent, dans les bonnes choses comme les plus consternantes. Si vous n’avez pas peur des phrases interminables, que vous avez du temps à consacrer à ce sujet plus qu’épineux comme il a été abordé et plus ou moins écouté chez tant d’autres représentants de la blogosphère qui vous a mené ici (dans des formes très variées interprétées de façons tout aussi diversifiées et radicalement opposées au sein de notre délicate communauté).

Pas la peine de partir tout de suite ou de préparer les trolls les plus savoureux, je certifie ce billet sans allusion à BlogChan, Nanami, l’évolution de la blogosphère otaque francophone, la course au visionnage obligatoire ou à une quelconque impression d’appauvrissement de la production animée du moment due à la simple lassitude de l’observateur, tout simplement parce qu’ici et ailleurs, j’ai déjà dit tout ce qui me venais à l’esprit sur le sujet. Je ne suis pas non plus le mieux placé pour espérer traiter ce sujet en profondeur (s’il il y avait quelque chose à en tirer, c’est venu d’un échange de points de vue plus que d’une affirmation individuelle brute), et le plus important est de toute façon de faire les choses comme on l’entend, quitte à être méchamment égoïste sur les bords. Sans égocentrisme, on ne jouirait plus de rien, on ne serait plus personne, on n’aurait plus aucun avis sur rien, alors encore une fois, OSEF, en avoir conscience c’est déjà s’ouvrir un peu plus à ce que le reste du monde a à nous offrir. Les plus nombrilistes d’entre nous sont peut-être ceux qui affirment clairement ne pas l’être, sans avoir conscience qu’ils s’auto-congratulent fièrement de ne pas voir plus loin que le bout de leur nez (vous connaissez l’histoire du fou qui escalade le mur de son hôpital psychiatrique et s’exclame : “dis donc, ils sont beaucoup à l’intérieur !” ?).

Pic

Lorsqu’on blogue, quelque soit la personne et les sujets qu’elle aborde, j’ai l’impression qu’on se retrouve à un moment donné toujours devant un grand mur, sorte de barrière infranchissable si on ne prend pas le temps de recalibrer ses objectifs et de remettre en cause ce qui a été fait jusqu’à présent. Soudaine révélation, se rendrait-on compte que bloguer, c’est finalement être moins seul qu’on le croyait en se lançant dans l’aventure, puisque n’importe-quel support destiné à être lu n’a pas lieu d’être sans interactions ? Ou au contraire, cette lassitude inévitable viendrait-elle de la solitude qui nous assaille lorsqu’on confronte les réactions qu’on s’imaginait recevoir aux commentaires trop peu signifiants qui tombent au hasard des visites sur nos pages ? La procrastination, étrange maladie qui s’en prend sans crier gare au blogueur non averti, comme une affection vicieuse surgie du fond de son esprit, elle a systématiquement pour effet de faire chuter dramatiquement un rythme de publication en s’attaquant à l’envie même d’écrire pour quelqu’un d’autre que pour soi-même. Comble de l’ironie, c’est lorsqu’on en fait le moins qu’on a le plus tendance à se laisser aller à repousser au lendemain, tombant dans un cercle vicieux on ne peut plus anti-constructif pour se protéger. Comment s’en sortir ? Peut-être en reprenant goût à construire à long terme, tout simplement ?

Ce syndrome de la “Blog Agony” peut-être la conséquence de plusieurs facteurs : conditionnement communautaire étouffant, difficultés dans l’approche des thèmes abordés (parfois juste trop variés), facteurs irl divers qui ont fait perdre tout intérêt au blogging en tant que medium d’échanges, on parle dans tous les cas d’envie, de plaisir. L’envie de bloguer nous ouvre les portes de quantité d’interactions imaginables, une infinité de découvertes et de rencontres. Avant d’entrer dans la blogosphère, le large éventail de possibilités fait rêver, accéléré par le succès longuement construit d’une poignée d’élus qui se retrouvent en position de représenter une communauté sans le vouloir, par fait de conséquence plus que par réelle ambition, et au terme de longues années d’activité qui leur valent tant leur reconnaissance que leur controverse. Et une fois la porte franchie, on ne peut que profiter d’une amère désillusion née de la confrontation de ce qu’on imaginait possible et de ce qui s’est effectivement réalisé. On ne naît pas blogueur, on le devient.

Pic

EVA破 by woxiljj via Pixiv

MOE IS (NOT) PROHIBITED.

…but better when moderated.

Construire son propre empire des mots, ça demande de la patience, beaucoup de persévérance, et avant tout de l’envie, un désir profond d’y prendre du plaisir, d’en tirer quelque chose de bénéfique ou d’instructif, comme ce sera le cas des visiteurs qui auront le désir d’y laisser une trace de leur passage plus ou moins régulier. Bloguer en ayant comme unique objectif le succès, ça ne mène qu’à la copie, au “copycat” pur et simple de ceux qui ont vu leurs efforts aboutir, sans en avoir le naturel ni l’aboutissement. Peu importe les sujets abordés où la manière dont on en parle, l’important est sans doute d’être fidèle à soi-même. L’objectif est d’aboutir à ce rythme de croisière où le blog atteint enfin son équilibre et où il se met à vivre et se développer naturellement, sans que son auteur n’ait à exercer le moindre contrôle sur lui. Le blogueur rêve d’être emporté par les élans de vie de ce petit espace, et c’est lorsqu’il se force à engendrer cette vie sans succès que naît la frustration. Parce qu’un blog est un lieu d’échange : il n’a plus lieu d’être s’il existe sans ses visiteurs ou son auteur, il ne peut pas espérer s’animer de lui-même s’il perd l’une de ces moitiés. Nombriliste, le blog l’est donc sans aucun doute, mais il est aussi fondamentalement altruiste parce qu’il n’a pas lieu d’exister sans visiteurs désireux de réagir.

Un blog, c’est en définitive un équilibre entre différent intervenants : l’ensemble engendre un partage qui se suffit à lui-même, autour duquel gravitent les différentes personnes humaines qui y trouvent un lieu de réunion commun derrière leur écran. Cette communication autonome, c’est la réelle finalité de l’outil, et ce qui fait son intérêt, au delà des avis qui y gravitent librement pour permettre à l’échange d’exister. Sans elle, un blog ne peut que mourir, et mettre à rude épreuve la motivation indispensable citée plus haut. Les raisons de ce combat pour être entendu sont purement techniques : au milieu des milliards de destinations que propose la toile, et de celles qui abordent le même sujet que nous, comment parvenir à se faire entendre, à faire valoir sa parole, à construire lorsqu’il est toujours plus facile de détruire ? Le secret, pour beaucoup, c’est de suivre son intuition, de proposer un contenu fondamentalement personnel destiné à être entendu (à être l’objet d’un échange). Comme il n’est pas aisé de se détacher dans la société moderne impersonnelle, on peut facilement se retrouver noyé dans la masse d’internautes qui naviguent et créent sur le web. La seule différence réside dans le fait que l’outil internet place à portée de nos mains des moyens qui permettent d’être entendu à large échelle en toute simplicité, pour le meilleur, pour le pire, mais rarement pour les personnes qui sont profondément désireuses d’exploiter le potentiel de l’outil. Envie, idée, persévérance, des éléments qu’on retrouve dans tous les blogs qui ont trouvé leur place sur le net.

Pic

Alphabet Blocks, jeu d’ombres de Kumi Yamashita.

Je dois bien avouer que lorsque je vois mes camarades blogueurs, ceux que je lis régulièrement comme ceux sur qui je tombe par hasard au gré des liens et des recommandations, je ne peux que constater l’étendue des différences qui nous séparent. Le style d’écriture, la mise en page, le contenu, l’objectif des billets et jusqu’aux approches différentes du blogging (chacun y trouve son compte au final), les différences sont légion et de manière générale je me rends compte que je suis souvent aux antipodes de ce que je lis. Est-ce que ça veut dire que ma production est unique ? Bien sûr que non, ça veut surtout dire que j’aime lire ce qui est différent de ce que j’écris, au point d’en être complètement antagonique. Alors, devrais-je brusquement alléger mon style et abandonner mes critères académiques pompeux pour me mettre à troller comme un porc sur tous les sujets (après-tout, c’est un moyen efficace de trouver du public) ? Pas vraiment. Dire que je produis un contenu parce que j’aimerais lire ce contenu serait résumer trop maladroitement les choses, parce que clairement, ce n’est pas le cas. Je prends autant de plaisir à lire un article personnel fouillé d’Helia qu’une étude approfondie de Lux, ou un compte-rendu détaillé made in Exelen. Plus le temps passe, plus je découvre des blogueurs qui me correspondent en tant que lecteur, quand bien même je suis à leurs antipodes en tant que rédacteur. Je me vois mal faire la synthèse de tous les styles que j’aime lire, pour la simple raison que ça ne servirait pas les objectifs du blog, ça serait en tout point contraire à la démarche pour laquelle il a été créé, aux messages intimes dont il se veut être, plus ou moins volontairement, l’intermédiaire.

Au milieu de cette galaxie de blogs en tous genres, un argument surplombe tous les autres : “je blogue parce que j’y prends du plaisir”. Peut-être, mais pas que. Le plaisir est plus une conséquence de l’envie, de la volonté de bloguer, pas vraiment la finalité de la chose, parce que dans l’absolu, on veut tous plus ou moins transmettre quelque chose, que ça passe par la bonne humeur ou le pompeux. Proposer une vision du monde (et plus spécifiquement du média qui nous intéresse) qui nous est propre au milieu de quantité d’impressions qui ne nous correspondent pas tout à fait. J’ai du mal à concevoir le blog comme un simple outil de plaisir, comme je ne peux pas me résoudre à le voir comme une entreprise aux objectifs ciblés. Comme des loisirs qu’on désire approfondir, le blog devient centre d’intérêt à part entière lorsqu’on lui prête assez d’attention, lorsqu’on s’intéresse de près à ce qu’il est, à l’usage qu’on peut en faire. Le blog a le pouvoir de communiquer, au delà d’un avis critique quelconque, une personnalité individuelle, unique, au travers des mots qui le composent, comme un objet dessine des contours étrangement distincts en ombre chinoise. C’est dans l’onirisme luxuriant d’une prose, dans l’ironie délicieuse d’une phrase anodine, et c’est aussi ce qui donne tant d’intérêt à la lecture du blog : il s’y découpe les formes de son auteur, de ses envies, de ses combats, au delà de la démarche professionnelle plus froide des grands sites de communication. S’intéresser à ces ombres mouvantes qu’on dessine malgré nous lorsqu’on écrit plutôt qu’au contenu visible d’un blog ou qu’à l’information sclérosée d’un média généraliste (ce qui ne le rend pas plus crédible, voir affaire du suicide massif à coup de poches de silicone), apprendre à utiliser l’outil autrement qu’à de simples fins d’auto-représentation, est-ce agir en blogueur et lecteur consciencieux ou est-ce se condamner à souffrir des limites potentielles du support ?

Pic

Frigg Spinning the Clouds, illustration d’Hélène Adeline Guerber (1909) tirée de l’ouvrage Myths of the Norsemen from the Eddas and Sagas (domaine public).

Je blogue parce que j’y prends du plaisir. Mais je blogue surtout parce que cet outil me permet de brasser des thèmes et des concepts qui m’intéressent particulièrement (mythologies diverses, culture japonaise, culture visuelle moderne…), dans une approche particulière qui encourage une perpétuelle curiosité de l’esprit et une envie de découverte un peu hors normes. La faculté des mots à découper une silhouette derrière les billets, et à évoquer des souvenirs et sensations communs n’est qu’une des conséquences de cette volonté de ne pas seulement mettre en avant une personnalité, mais d’aussi dessiner les contours d’un univers intérieur en perpétuelle mouvance (le blog est un peu construit à cet image : on s’y perd facilement et on navigue plutôt au fil des tags). Mouvement qui incite le blog à évoluer toujours plus pour s’adapter à ces changements, dans une approche souvent expérimentale, mais fondée sur la volonté sincère d’en faire un peu plus qu’un simple instrument du plaisir, de voir plus loin que les usages faciles qu’on lui connaît trop bien, ou qu’on regrette parfois tristement (et qui n’ont que pour cause le succès du support : il arrive un moment où on finit forcément par l’utiliser n’importe-comment, je pense à la hantise que les skyblogs déposèrent sur les blogs à une époque, depuis dépassés par le phénomène de culture geek qui a aussi apporté son lot de vulgarisation).

Pour ces raisons, je considère le support comme important pour moi, pour ce que les psychologues d’opérette nommeront le “développement personnel” pour vendre des livres creux qui finiront au petit coin (et dont vous ferez l’usage qu’il vous plaît, soyez imaginatifs). Au delà du loisir divertissant, il me permet d’exprimer ce qu’il est le seul à pouvoir communiquer, que je ne pourrais retrouver dans aucun autre support écrit (pour l’oral, c’est déjà plus concevable mais très limité dans la durée) : au moment où les silhouettes du blogueur et de ses lecteurs fusionnent dans l’échange, le courant des mots les emporte tous deux dans son sillage, et se construit alors l’une des plus infimes vérités qui soient. Ils s’en trouvent tous deux un peu changés, pas forcément à l’identique, plus riches. Depuis ses débuts, au départ sans en avoir encore pris conscience, j’ai considéré le blog comme un fabuleux outil d’enrichissement mutuel : enfin, les mots ne sont plus voués à aller dans un seul sens, il existe un support qui permet de donner un caractère intemporel à cet équilibre qui avait tout d’éphémère (le blog peut être consulté 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, et l’auteur et le lecteur n’ont aucunement besoin d’y naviguer en même temps pour communiquer), un support qui a la force de rendre compréhensible, palpable, l’émotion subjective d’une oeuvre sans avoir la vocation d’en faire un ressenti universel, de développer un axe de réflexion personnel que nul autre support ne pourrait nous laisser explorer avec tant de liberté, et de le confronter à quantité d’autres perceptions qui viennent le compléter, amplifiant un phénomène qui tend à faire valoir les blogosphères plus que les blogs individuels au gré des toiles complexes que forment les blogrolls de tout un chacun. Bloguer, c’est s’exposer à la transe passagère d’une intimité, s’en rapprocher et l’inviter à son tour. C’est sortir de l’opinion générale, de l’uniformité qu’on nous impose par nécessité (ou pour ne pas choquer l’opinion publique très convenue), et rendre accessible à qui veut bien l’entendre ce qui fait de nous des individus à part entière, innombrables, différents, riches.

Pic

縁結びの神様 by 蛙丸 via Pixiv

Please, enter to my Stream.

Dans cette optique, qu’attendez-vous d’un blog en tant que lecteur ? En tant que blogueur ? Sauriez-vous expliquer pourquoi vous prenez tant de plaisir à échanger grâce à cet outil on ne peut plus répandu à l’heure actuelle (c’est presque si l’information pouvait se passer d’intermédiaires professionnels en circulant de blog en blog ou sur des réseaux comme Twitter et Facebook) ? Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’aventure, qu’est-ce que vous en tirez aujourd’hui ? Que pensez-vous du support en général, des mouvements communautaires qu’il engendre (doit-on forcément s’autoproclamer outsider pour bloguer en toute sérénité) ? Je m’adresse bien sûr aux survivants encore éveillés, là, au fond. Vous avez 3 heures (à cumuler à celles qu’il vous aura fallu pour lire ce sujet en entier, ça va de soit, fufufu~).

Note : Bon, ben j’étais parti pour le premier coup d’oeil Saraiya Goyou mais vu l’ampleur que ça a pris, j’ai préféré en faire un billet à part entière. Pour ceux qui auraient des doutes à cause du rythme de publication assez aléatoire ces derniers temps, non, le blog n’en pas en hiatus, j’ai pas mal de billets sous la main à publier dans les temps à venir (Saraiya Goyou donc, Eikoku Koi Monogatari Emma, troisième partie des notes vidéoludiques), dont certains qui poireautent depuis des mois (Baccano!), sans doute quelques billets en rapport avec l’actualité vidéoludique effervescente en ce moment (Monster Hunter Tri, Xenoblade, et même Dokapon Kingdom, soyons fous - ou suicidaires -), et les traditionnelles suites des dossiers sur les mythes scandinaves et la religion japonaise, avec quelques autres idées qui commencent à bourgeonner dans ma tête (des portraits de personnalités trop peu/trop mal connues par exemple, à commencer par Hajime Mizoguchi et Miwako Okuda). Et j’oublie les critiques d’OST. De quoi largement alimenter le blog jusqu’à la fin de l’année, et combler l’abandon toujours d’actualité de la plupart des sorties saisonnières animées, à quelques exceptions près (Highschool of the Dead et Shiki cet été), sans compter les visionnages de séries plus anciennes (Please Save My Earth, Arc the Lad, Les 12 Royaumes, on verra ça au fil des envies). Have faith donc !

Note 2 : Oui, je suis un gros cyberlurker.


Gen'

Gen'

Abonnez-vous au Flux RSS pour suivre les prochains billets de cette catégorie.

Aozora Aozora ·  02 juin 2010, 14:37

Je viens de comprendre pourquoi j’ai pas fait L dans ma jeunesse. ^^

En tout cas, j’aime bien ce genre d’article où l’auteur parle avec son coeur. Parce qu’on sent la passion (celle que tu veux transmettre au lecteur) et l’envie (quelle longueur!).

Concernant la multitude de questions posées à nous lecteurs à la fin de l’article, il y en a beaucoup auxquelles je ne pourrais apporter de réponses. Aussi bien parce que je n’en connais pas les réponses ou encore parce que je ne les ai pas encore rencontrées.

La seule chose dont je suis sûr, c’est que je prend du plaisir à voir un nouveau commentaire sur un de mes articles.C’est une preuve comme quoi on a eu (même un faible) impact.

Pour finir, je voudrais te dire merci, merci de nous pondre des articles aussi personnels, parce que, malgré tout, tu t’ouvres à nous et tu nous affiches tes pensées et attentes du blogging.

Voilà, j’espère que tu as tout compris (j’ai un peu de mal à faire des longues phrases et à m’exprimer) , je reste tout de même un matheux^^

MimS MimS ·  02 juin 2010, 15:34

Un blog a ce qu’il manque aux forums en général:
Plus qu’écrire en Français correct, on essaie de “bien” écrire.
Plus que suivre un troll général, on veut prendre plaisir à lire.
Pour moi, c’est ce qui rend le blog génial comme support. Il n’a aucune contrainte si ce n’est la procrastination (très bon le demotivator au passage, je me sens tellement concerné en plus haha).

Maintenant, pourquoi avoir un but? Pour moi, le blog n’est qu’un moyen de parler de sujets divers qui me plaisent ou pas afin d’éveiller l’intérêt du lecteur.

L’idée de se dire que l’absence de commentaires entraîne l’absence d’articles et crée donc un cercle vicieux est pertinente, au final, un blog non lu n’a finalement que peu d’intérêt…

Bon ça m’a redonné l’envie d’écrire tout ça en tout cas ^^

Gen' Gen' ·  02 juin 2010, 17:21

Aozora > Pas de souci, j’ai compris le fond de ta pensée, tu remarqueras que pour ma part c’est un peu l’inverse, j’ai du mal à ne pas faire de longues phrases pleines de compléments d’objets, de propositions, et de participes présent (avec paradoxalement un résultat similaire niveau compréhension), j’ai tendance à écrire tel que ça vient dans le flux de mes pensées. Et, ça vient plutôt vite.

Merci à toi de faire écho à cette marée de pensées envoyées comme une bouteille en pleine mer, tout commentaire est bienvenu à partir du moment où il est le résultat, justement, d’un échange :)

MimS > La comparaison avec les forums est intéressante. Mais le blog est davantage “ouvert” et centré sur l’individuel, pas seulement limité aux membres d’une communauté mais proche de celui qui le nourrit. Et à même de développer correctement des points de vue (même si on peut aussi le faire sur un forum sans troller, si si). Le soin apporté à l’écriture, je pense que ça fait partie de cette volonté d’être ouvert à n’importe-quel lecteur qui passerait par là.

Si le blog est un moyen d’éveiller l’intérêt du spectateur, alors c’est bel et bien un but comme un autre. Mais un but n’induit pas forcément qu’on manipule son lectorat pour l’atteindre, la plupart du temps c’est même inconscient, on s’en accommode naturellement. Ne serait-ce que par curiosité, c’est une bonne chose de s’intéresser à ce qui nous motive.

Je ne pense pas que la “maladie du blogueur” soit uniquement liée à ce cercle vicieux de la procrastination. Il y a aussi le conditionnement communautaire, qui voudrait qu’on calque sa parole sur un modèle qui ne nous correspond pas forcément, c’est ce qui explique que certains préfèrent s’éloigner des grands cercles pour produire sans être “parasité” par les mouvements de masse de la blogosphère (l’epic win, le fail, et toute la mentalité qui en découle, ça fait quand même de sacrés ravages dans le milieu).

Mon principal souci en tant que blogueur, c’est qu’ayant tendance à me laisser porter par ma plume, je produis des billets qui font un peu peur au lecteur non averti au premier abord (et à ceux qui sont pressés parce qu’ils ont d’autres chats à fouetter irl), ou à m’ébattre joyeusement dans les joies de la subjectivité pour mieux transmettre mon point de vue (ce qui est aussi sans doute l’une des caractéristiques du blog).

Je pense que mon rythme de production augmenterait largement si j’avais davantage de réactions, chaque billet sans commentaire me donne l’impression d’être passé à côté de mon objectif : le partage, l’échange. Ce qui ne veut pas dire qu’il n’a pas été lu, mais si personne n’a eu envie de commenter, ça veut dire que la transmission ne s’est effectuée que dans un sens, que l’outil n’a pas été correctement exploité.

Oui oui, j’aime laisser mon esprit réfléchir à tout et n’importe-quoi… :blasé:

Sirius Sirius ·  02 juin 2010, 17:42

C’était un discours électoral? =p

Au cas où ça m’aura pris 45 minutes et l’obligation de zoomer l’écran pour lire ce billet. Sans compter les trois pauses.

En tout cas je te l’ai déjà dit dans un mail mais encore félicitations. Quelque part c’était pas une surprise pour moi : j’en étais à peu près sûr quand j’ai vu que tu participais. Le concours aurait sinon perdu crédibilité à mes yeux (si si je t’assure.)

Sinon pour une conception du blog… Pour moi c’est le plaisir de taper quelques mots qu’on pense et d’attacher des images avant d’en discuter avec d’autres. J’avoue avoir eu un peu de mal à comprendre toutes les allusions, même celles qui me concernent.

On n’a pas vraiment les mêmes objectifs et principes car comme tu dis tu évites toujours les réactions à chaud pour des articles fouillés à l’extrême, laissés longtemps mijotés dans la marmite et moi c’est exactement l’inverse que je recherche dans mes billets.

J’avoue que mon billet d’humeur en janvier était plus un coup de spleen que je regrette qu’une vraie réflexion. Et un exercice de style. J’avais limite laissé éclater la rage d’une bad expérience IRL comme un gosse qui aurait coupé le câble de la télé parce qu’il a pas pu aller au parc d’attraction. Finalement ça m’a rien apporté de me prendre la tête sauf un long mutisme et j’essaie de repartir sur de bonnes bases.

D’ailleurs pour Gemini j’aurais linké sa “nouvelle” adresse : ça aurait été encore plus représentatif de sa volonté de devenir un blogueur. Il y parle d’ailleurs de la nouvelle orientation de son blogging. Et on voit bien qu’il aimait pas ce “conditionnement communautaire”.

N’empêche je me demande vraiment comment tu fais pour nous sortir tout ça, c’est impressionnant ^^’

Sur ce, bonne chance pour les TM Golden Blog !

kyouray kyouray ·  03 juin 2010, 09:28

C’est beau. A voté o\
Bon, on va essayer de faire court & structuré :p

“à une quelconque impression d’appauvrissement de la production animée du moment due à la simple lassitude de l’observateur”
Je dirais également un manque de volonté, il suffit de voir les séries de qualité qui sont boudées. Il est toujours comique d’observer ces gens proclamer que l’animation japonaise est en crise alors qu’ils n’ont pas vraiment creusé le sujet.

“Dans cette optique, qu’attendez-vous d’un blog en tant que lecteur ?”
soit :
-des billets plaisants à lire
-une analyse
-quelque chose de nouveau qui pousse à découvrir
-un dialogue : des commentaires intéressants

“En tant que blogueur ? “
Voir que le billet a été utile/plaisant à au moins un lecteur.

“Sauriez-vous expliquer pourquoi vous prenez tant de plaisir à échanger grâce à cet outil on ne peut plus répandu à l’heure actuelle (c’est presque si l’information pouvait se passer d’intermédiaires professionnels en circulant de blog en blog ou sur des réseaux comme Twitter et Facebook ) ?”
-c’est comme un jardin à toi, un univers que tu maîtrises (théoriquement si l’on excepte les difficultés informatiques ou autres bugs :p)
-la mise en forme & la facilité de mise en oeuvre : tout le monde a la capacité d’ouvrir un blog décent avec un minimum de volonté !
-le potentiel d’échange : interliens, trackbacks, url des blogs de ceux qui commentent, blogroll…
-c’est fun d’illustrer ses billets.

“Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’aventure,”
La volonté de partager. Ou simplement m’exprimer sur ces média, chose pas forcément possible dans le milieu nous entourant.

“qu’est-ce que vous en tirez aujourd’hui ? “
Une amélioration au niveau de mes connaissances (un minimum de recherche avant la rédaction d’un billet!), capacités d’expression. Une communauté.

“Que pensez-vous du support en général, des mouvements communautaires qu’il engendre (doit-on forcément s’autoproclamer outsider pour bloguer en toute sérénité) ? “
Il y a des bons comme des mauvais mouvements entre aigritude, solidarité, pseudo élitisme, rassemblements en convention etc…

“Oui, je suis un gros cyberlurker.”
Yay !

Helia Helia ·  03 juin 2010, 10:41

J’avais vu ton article hier mais j’ai préféré le relire attentivement avant d’y répondre (je me vengerai bien de ton long commentaire avec un autre qui le serait encore plus mais je suis loin de posséder ta verve, moi en trois syllabes c’est souvent plié :D ).

“Sans égocentrisme, on ne jouirait plus de rien, on ne serait plus personne, on n’aurait plus aucun avis sur rien” = La tentation de partir dans un débat philosophique est très forte (ne jamais ma lancer, c’est très dangereux pour la santé) mais je vais essayer de résister de toutes mes forces, gnnnnnn. Sans égocentrisme, l’être humain arrêterait se concentrer tout le temps sur sa petite personne et le monde serait meilleur. Depuis quand daigner poser son regard sur les autres c’est cesser de vivre è__é ?

“En avoir conscience c’est déjà s’ouvrir un peu plus à ce que le reste du monde a à nous offrir. Les plus nombrilistes d’entre nous sont peut-être ceux qui affirment clairement ne pas l’être, sans avoir conscience qu’ils s’auto-congratulent fièrement de ne pas voir plus loin que le bout de leur nez” = Je suis complètement d’accord avec toi sur ce point. La plupart du temps ce sont les gens qui se disent ouverts d’esprit qui le sont le moins, c’est assez effrayant. Personnellement je préfère me considérer comme quelqu’un de fermé d’esprit et de nombriliste en essayant de l’être un peu moins à chaque fois que de crier sur tous les toits que je suis la tolérance même et me déchaîner sur quelqu’un qui a des opinions différentes (ne rigolez pas, j’en ai vu des comme ça et ça fait pitié :blasé: ).

“Lorsqu’on blogue, quelque soit la personne et les sujets qu’elle aborde, j’ai l’impression qu’on se retrouve à un moment donné toujours devant un grand mur , sorte de barrière infranchissable” = Je dirais que ce grand mur est tout simplement celui du solipsisme ^^ .

Sur ton paragraphe sur la procrastination je dirais qu’elle ne survient pas de manière si soudaine. Généralement on la sent venir. La Blog Agony je la verrais comme la résultante du fait qu’on ne peut pas gérer plusieurs vies en même temps de manière aussi efficace, vient un moment où il faut choisir ses priorités et c’est tout naturel de préférer son travail ou sa vie sociale au blogging. Quand on est étudiant tenir un blog est encore possible, encore faut-il être motivé, mais plus le temps passe et plus la réalité risque d’évincer ce “plaisir”. Pour prendre un exemple purement narcissique, quand je travaille en centre aéré, je ne peux tout simplement pas toucher à l’ordinateur plus d’une heure ou deux sans compromettre mon temps de sommeil. Alors forcément, un article qui me prend souvent entre deux et quatre heures (voire plus) me boufferait tout mon temps libre. Et si par hasard j’ai envie de voir des amis (encore faudrait-il que j’en ai) ou de regarder un anime le week end, c’est foutu. Le principal facteur de la Blog Agony est pour moi le temps : du temps il en faut pour se renseigner sur le sujet choisi, pour monter un article, pour choisir les images ou les vidéos qui l’accompagnent, pour la mise en page. Et si ce temps dépensé n’est de surcroît que très peu récompensé ( déjà pas de rémunération c’est clair, mais si on a que très peu de retours ou des retours négatifs), c’est dur de ne pas abandonner, même lorsqu’on est passionné.

Pour moi, blogguer ce n’est pas avoir envie de rêver ou prendre du plaisir, mais avant tout une nécessité (le plaisir peut en être une mais ce n’est pas la seule). Que ce soit pour partager, échanger (comme cela semble être ton cas), accroître son ego, trouver des gens pour vous écouter ou juste parler, s’il n’y a pas une nécessité derrière, si avoir un blog n’apporte rien et ne sert à rien, le danger de l’agonie est proche. L’important c’est de trouver cette petite nécessité et de l’épanouir.

“Le secret, pour beaucoup, c’est de suivre son intuition, de proposer un contenu fondamentalement personnel” = Je vais être cynique (pour changer de d’habitude tiens) mais être soi-même ne suffit pas toujours. Si on a un style d’écriture particulier, qu’on sait bien écrire et bien s’exprimer, il n’y a pas vraiment de problèmes et il suffit de se battre pour gagner sa place, mais certaines personnes n’ont pas cette facilité de dissertation et leur envie d’expression tombe quelques fois à l’eau alors qu’elles ont l’envie.

“Au milieu de cette galaxie de blogs en tous genres, un argument surplombe tous les autres : “je blogue parce que j’y prends du plaisir”.” = Je dois être une extraterrestre, je n’ai pas vraiment cette impression de “plaisir” (ça, c’est à cause de la théorie du plaisir de La Fontaine qu’on voit en ce moment en cours qui me traumatise :D ), ni IRL ni sur Internet d’ailleurs, c’est mon côté stoïque qui ressort. Mon argument à moi ce serait “je blogue parce que j’en ai besoin”.

“Bloguer, c’est s’exposer à la transe passagère d’une intimité, s’en rapprocher et l’inviter à son tour. C’est sortir de l’opinion générale, de l’uniformité qu’on nous impose par nécessité (ou pour ne pas choquer l’opinion publique très convenue), et rendre accessible à qui veut bien l’entendre ce qui fait de nous des individus à part entière, innombrables, différents, riches.” = Non ça c’est quand toi tu blogues, nuance :p. Sincèrement, tu crois que tous les blogs sont originaux et permettent de mettre en valeurs les kikoolols en temps qu’individus riches XD ? Un blog est pour moi une vitrine de ta personnalité. Si ta personnalité est pauvre, ton blog le sera aussi de facto (il faut que je ressorte le skyblog de ma soeur du tiroir tiens, ça pourrait être epic). Bloguer ne rend pas les gens plus intelligents ou plus intéressants qu’ils ne le sont, par contre cela permet de mettre en lumière ceux qui le sont et qu’on ne voit pas dans un autre contexte (Internet dévoile peut être plus qu’il ne cache).

“Dans cette optique, qu’attendez-vous d’un blog en tant que lecteur ?” = Que ce soit intéressant pour moi ^^’  ?
“En tant que blogueur ?” = Que ce soit intéressant pour les autres ^^’  ?
“Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer dans l’aventure, qu’est-ce que vous en tirez aujourd’hui ?” = L’envie de construire quelque chose sur du long terme en m’adressant au public approprié et non plus aux hjzehjkr# qui composent mon cercle IRL (famille, camarades de classe)…et aussi d’en placer une pour changer è__é.

“Que pensez-vous du support en général, des mouvements communautaires qu’il engendre (doit-on forcément s’autoproclamer outsider pour bloguer en toute sérénité) ? Je m’adresse bien sûr aux survivants encore éveillés, là, au fond.Vous avez 3 heures (à cumuler à celles qu’il vous aura fallu pour lire ce sujet en entier, ça va de soit, fufufu~).” = Il va bientôt être l’heure de manger alors je garde ça au chaud pour une dissertation palpitante à venir ;) .

Mon commentaire fait peut être un peu narcissique mais bon tant pis =x. Sinon c’est toujours fun de se dire “J’ai deux heures devant moi, que faire ?” et de les passer à répondre sur des blogs X)

P.S : Cette pluie de liens 0_o. Le temps que ça a dû de prendre de tous les répertorier…Mais d’ailleurs pourquoi suis-je assimilée au mot mot plaisir, hein ? C’est encore un coup de La Fontaine XD ? Contente de voir que l’article sur KnK a au moins été apprécié par quelqu’un =x

Nataka Nataka ·  03 juin 2010, 11:03

Très bel article, Gen’, comme à l’accoutumée.
Je reconnais m’être quelque peu perdu par moments dans ta prose, mais je crois avoir saisi les idées directrices de ta pensée.

Quelles sont mes attentes en tant que lecteur ?
Pour commencer, j’adhère entièrement aux réponses citées par Kyouray. De plus, j’ajouterais que ces attentes, du moins d’un point de vue personnel, diffèrent en fonction du blog que l’on s’apprête à lire. C’est-à-dire que le lecteur est conscient à l’avance de ce qui l’attend : chaque blogueur a sa manière d’exposer les choses, ses thèmes de prédilection, des objectifs précis (analyse profonde, ressentis post-mattage/jeu, billets à simple but de découverte, etc…). De ce fait, le lecteur est satisfait en ce qu’il est assuré de lire un contenu qu’il sait qu’il répondra à ses attentes, à condition que le blogueur reste fidèle à lui-même et à sa façon de bloguer.

Néanmoins, dans le cas où l’on découvre un blog inconnu, je pense qu’il existe une certaine joie dans le coeur du lecteur, et cette joie est présente à deux niveaux : à court terme, prendre du plaisir à lire des articles intéressants; à long terme, saisir les différents éléments qui font sa spécifité au blogueur (fond, forme des billets, etc…). Tu as évoqué l’idée que la silhoeutte de l’auteur apparaît à travers sa prose (idée subtilement renforcée par la métaphore des ombres chinoises), et bien c’est tout à fait ça. Et donc je pense qu’une des choses qui fait que l’on blogue (et qu’on lise), c’est cette envie de distinguer ces ombres mouvantes dont tu parles (sans pour autant faire son stalker…). Cela rapproche le lecteur et l’auteur, en tant qu’indivdus, et peut donner lieu à une forme d’amitié, ou du moins à une certaine relation qui lie les deux personnes. Et à plus grande échelle, cela donne lieu à la création d’une communauté (plus ou moins) unie.

Le plaisir en tant qu’auteur est étroitement lié à celui du lecteur (d’autant plus que l’auteur est généralement le lecteur d’un autre auteur. Enfin bref). Mais je pense qu’un des plaisirs propres à l’auteur réside dans la satisfaction venant de l’achèvement d’un objectif : atteindre le lecteur et lui faire découvrir quelque chose. Après, le fait que le lecteur n’ait pas apprécié ce qu’on voulait lui faire découvrir, c’est moins important. (on peut voir cela dans le nombre de commentaires d’un article ou bien dans l’avis négatif du lecteur, s’il prend la peine de commenter). Finalement, ce qui compte pour le blogueur, c’est d’avoir réussi à partager. Bien évidemment, c’est meilleur quand ce partage devient un véritable échange… (au sens où il y a discussion, notamment via les commentaires)

Ce qui m’a poussé dans l’aventure, c’est l’envie de “faire comme eux”, comme quand un gamin rêve de devenir pompier après avoir assisté à un sauvetage dans un incendie. Ca peut paraître démesuré, mais j’avais (et j’ai toujours) de l’admiration pour ces personnes qui parviennent à laisser leur empreinte sur la Toile, à nous faire partager des choses, à leur manière, et grâce à un outil de communication finalement assez simple, le blog. Avant, je pensais que blog = skyblog. Si je n’avais pas découvert que c’était totalement faux, si un jour je n’étais pas tombé sur un blog (pas un skyblog donc), je crois que jamais je n’aurai eu l’initiative d’ouvrir mon propre blog.

Qu’est-ce que j’en ai tiré ?
“Une amélioration au niveau de mes connaissances (un minimum de recherche avant la rédaction d’un billet!), capacités d’expression. Une communauté”
Je crois qu’il a tout dit.

Enfin, concernant le mouvement communautaire lié au blogging, je pense qu’il est bien en tant que blogueur de se sentir membre d’un groupe, car ça nous donne de la motivation pour poursuivre ce que l’on fait (on sait que l’on n’écrira pas dans le vide). Néanmoins, il est important d’être capable d’affirmer sa propre identité au sein de la communauté, afin de ne pas s’y noyer. Appartenir à une communauté, tout en étant unique au sein de celle-ci, donc.

Bon, je crois que j’ai tapé un gros pavé bien indigeste et mal écrit, mais étant sur un pc du CDI au lycée, les conditions ne sont pas optimales :p

Gen' Gen' ·  03 juin 2010, 15:42

Oh, que j’aime lire des commentaires aussi sadiques que les miens ! Bon, reprenons les choses une à une…

Sirius > Promis, pour la version 4 je bosserai davantage sur la lisibilité du blog. Je ferai même des expérimentations s’il y a des volontaires désireux de donner leur corps à la science ! (le secret pour ne pas agoniser en lisant, c’est de procéder paragraphe après paragraphe en reprenant son souffle à chaque saut de ligne >.>).

Pour le concours, j’estime que c’est déjà une grande victoire de faire partie des sélectionnés, les votes importe peu, même si je me retrouve bon dernier l’important aura été que la démarche aura pousser davantage de gens à s’intéresser à mon petit espace personnel (plein de longues phrases, mais sans grande prétention non plus, faut pas croire).

Ton billet d’humeur, ça fait justement partie de ce qui donne de l’intérêt au support : pouvoir faire les choses sur un coup de tête, quitte à le regretter après, peu importe, c’est exactement ça qui dessine les contours d’une personne derrière cet empilement de billets. Pour tout te dire, je reprendrais bien mon billet sur Ladies VS Butlers pour rééquilibrer la critique et ajouter un peu de second degré, on est des humains, on ne peut pas toujours faire les choses parfaitement (et ça serait bien triste d’ailleurs). Et puis je suis un éternel insatisfait, c’est dans ma nature.

“Pour moi c’est le plaisir de taper quelques mots qu’on pense et d’attacher des images avant d’en discuter avec d’autres.” Ce qui m’intéressait dans ce billet, c’est d’essayer de savoir pourquoi cette activité procure justement du plaisir. Alors évidemment, lorsqu’on blogue on ne met pas consciemment en place tout un système de communication à deux sens, mais on peut toujours s’intéresser à ce phénomène qui découle naturellement de l’activité. J’ai bien compris ta démarche, et je la soutiens, c’est pour ça que je tenais à te citer dans ce long billet ^^

Pas faux pour Gemini, je vais corriger ça, le sieur fait partie des blogueurs que j’approuve le plus, ça serait quelque peu maladroit de ne pas le citer comme il convient.

Et merci ! Comment je fais ? C’est bien simple : je me laisse aller X)

kyouray > Il y a des séries qu’on boude, d’autres qu’on ne connait pas, d’où l’intérêt de parler de choses dont tout le monde se fout. Le problème de la qualité, c’est qu’elle ne se révèle souvent que de manière individuelle, le succès ne lui va pas bien. S’enrichir au fil des visionnages, c’est chercher à s’éloigner des sentiers battus, être curieux, ouvert à des oeuvres et genres qu’on connaît peu, et ne pas se limiter à des acquis confortables. Là aussi, ça vient du fait qu’une grande partie du public s’en fiche puisqu’il considère ça comme un simple passe temps décontractant, mais s’intéresser à ce que l’animation peut nous offrir, c’est aller au delà de ça.

Merci pour l’honnêteté de tes réponses, et leur simplicité, je m’y retrouve largement même si ma perpétuelle envie de vouloir comprendre et découvrir les choses me pousse à rendre ce qu’il y a de plus simple affreusement compliqué :)

“c’est fun d’illustrer ses billets” Ouaip, cette possibilité de présenter les choses comme nos envies nous le dictent, ça fait aussi partie du charme du blog, on fait les choses à notre manière, on est à la maison.

Helia > Si ça peut te rassurer, je subis le plein potentiel de ta vengeance ^^’

Je suis d’accord avec toi en ce qui concerne l’égocentrisme, si le monde trouve son équilibre dans les extrêmes, il est important d’agir avec mesure lorsqu’on a conscience de ce qui ne tourne pas rond. Être trop égocentrique n’apporte rien de bon, mais être trop ouvert aux autres n’est pas non plus une sinécure. Se dire qu’on peut s’améliorer, c’est un moyen efficace de sortir de cet engrenage :)

“L’important c’est de trouver cette petite nécessité et de l’épanouir.” Je crois que je vais faire graver cette phrase sur le bloc de granit qui me servira de tombe tant elle est vraie pour la vie en elle-même. Ce que j’aime chez toi, c’est que tu as la faculté de tout pouvoir rattacher à du concret, au contraire de moi, qui m’évapore souvent dans des réflexions on ne peut plus solipsistes, justement. Ce don te permet d’expliquer ton point de vue très clairement aux yeux de tous, dans tes commentaires comme tes billets, c’est quelque chose que j’admire assez. Si tu ne recherches pas le plaisir, tu le procures indubitablement.

“Je vais être cynique (pour changer de d’habitude tiens) mais être soi-même ne suffit pas toujours. Si on a un style d’écriture particulier, qu’on sait bien écrire et bien s’exprimer, il n’y a pas vraiment de problèmes et il suffit de se battre pour gagner sa place, mais certaines personnes n’ont pas cette facilité de dissertation et leur envie d’expression tombe quelques fois à l’eau alors qu’elles ont l’envie.” Moi je vais être optimiste (pour changer, aussi), si l’envie est là, le reste n’est qu’une question de temps, la facilité et l’envie de bien parler viennent d’eux-même. Ce qui manque, c’est peut-être la patience, la volonté de construire et ne pas tout avoir dans l’instant. La réussite, ça se mérite, ça ne tombe par sur quelqu’un par hasard (à moins de gagner au loto ou d’avoir une chance de cocu, encore faut-il savoir la conserver), c’est l’aboutissement d’une démarche qui prend du temps. Ce dont on a tendance à cruellement manquer aujourd’hui, comme tu le précises, c’est dommage.

“Bloguer ne rend pas les gens plus intelligents ou plus intéressants qu’ils ne le sont, par contre cela permet de mettre en lumière ceux qui le sont et qu’on ne voit pas dans un autre contexte (Internet dévoile peut être plus qu’il ne cache).” Subjectivité oblige, cette conclusion me concernait avant tout. Ayant aussi une jeune soeur oh combien égarée dans la jeunesse, je suis tout à fait capable de concevoir qu’elle ne trouve pas les mêmes intérêts que moi dans le blogging. Skyblog, ça fait partie des usages tristes du support, se mettre en vitrine lorsqu’il n’y a rien à faire valoir, ça n’aboutit forcément pas à un modèle de partage et d’enrichissement.

“Mon argument à moi ce serait “je blogue parce que j’en ai besoin”.” La tournure correcte de ma phrase serait plutôt “Je blogue parce que j’y prends du plaisir parce que je blogue parce que j’en ai besoin”, mais c’est un peu illisible :x

““Dans cette optique, qu’attendez-vous d’un blog en tant que lecteur ?” = Que ce soit intéressant pour moi ^^’  ?
“En tant que blogueur ?” = Que ce soit intéressant pour les autres ^^’  ?”
L’intérêt, c’est justement de te demander d’où vient cet intérêt moteur (ce que tu as largement explicité plus haut) :p

Nataka > Suivant… Vous avez un laisser-passer ?

Je te rejoins sur tes pensées à propos de la découverte d’un nouveau blogueur, ça donne l’impression de sensiblement élargir ses horizons tout en restant planté devant un écran, c’est un peu la magie d’internet. J’aime découvrir de nouveaux blogueurs parce que j’ai hâte de voir ce qu’il veulent me transmettre, hâte de goûter à la substantifique moelle de leur prose (je remercie au passage mon ancienne prof de français pour avoir gravé à jamais cette expression dans ma mémoire).

Je n’ai bizarrement jamais ressenti l’envie de bloguer “pour faire comme un tel”, même si c’est tout à fait louable, ce qui m’a poussé à créer ce blog, c’est plutôt un besoin personnel, un besoin de recevoir et de partager donc (je crois que je l’aurai assez répété…).

Lorsque j’ai créé ce petit espace, je n’avais aucune idée de ce qui se faisait autour de moi, c’est cet endroit qui m’a permis de petit à petit découvrir d’autre blogs très différents ou étonnamment proches. Et comme tu le dis, le blogueur est aussi lecteur, il se crée tout naturellement des liens qui tissent la grande toile de la blogosphère (avec des motifs parfois très disparates, ça fait partie du jeu). Une fois qu’on a dessiné une silhouette dans les yeux d’un lecteur, je crois qu’on a déjà remporté une partie de la bataille, si je puis m’exprimer de manière si belliqueuse. L’amélioration des connaissances, c’est aussi quelque chose qui revient souvent, on apprend parfois autant que nos futurs lecteurs à la lecture d’un billet qui nous pousse à approfondir un thème particulier (c’est par exemple tout à fait vrai pour mes billets sur les mythes scandinaves).

Pas de mal pour la longueur du commentaire, on est ici au pays des gros pavés bien indigestes et mal écrits (sans vouloir heurter la sensibilité des autres commenteurs, je parlais surtout de moi, et je n’ai pas l’excuse du PC foireux, cela dit ton commentaire est plutôt bien rédigé…). Et puis c’est toujours mieux qu’une petit phrase superficielle en sms à la mode kikoolol.

Voilà, je crois que je suis arrivé du bout, et en un seul morceau qui plus est, joie. Merci pour votre participation pour le moins complète ! /o/

Helia Helia ·  03 juin 2010, 23:53

Le pire c’est que je ne comptais même pas faire un long commentaire, je suis impressionnée d’avoir tenue aussi longtemps :surpris: . Gen’, tu m’as contaminé ;) .

« Être trop égocentrique n’apporte rien de bon, mais être trop ouvert aux autres n’est pas non plus une sinécure. » = On peut être trop ouvert aux autres :p ?

Même en étant optimiste, tu ne peux quand même pas nier que tous les « blogueurs-aspirants » ne possèdent pas ta verve (ni ma fabuleuse manie de dire n’importe quoi, encore heureux pour eux d’ailleurs XD). Ce que je veux dire, c’est que l’envie est une chose qui ne suffit pas toujours. Quelques fois tu as envie de parler de ta série préférée mais tu ne trouves pas les mots, tu ne sais pas par où commencer quel argument trouver, et tu finis par pondre un exposé remplis de banalités. Quand ce phénomène pointe le bout de son nez, généralement je m’accorde plus de temps pour écrire ou alors j’abandonne l’idée, mais je sais, pour en avoir discuté avec d’autres, que certaines personnes le vivent tout le temps. L’envie ne manque pas, mais les mots s’envolent sous leur passage. Tu sais comme moi que les mots sont des choses capricieuses qui se laissent difficilement dompter. La facilité et le bien parler ne viennent pas forcément, même lorsque la patience et la volonté de construire sont là. Je crois que nous avons la chance tous les deux de ne pas trop vivre ce phénomène (ton article montre ton aisance), mais il ne faut pas oublier que l’art d’écrire n’est pas un don donné à tous dans les mêmes proportions. La réussite se mérite, certes, mais les capacités qui entraînent la réussite ont été décidées par dame Nature, donc par la chance :p.
Dame Nature a décidé que je serais incapable de me servir de mes dix doigts quand cela implique une activité à base de clous, de colle ou même de ballons ou de flûte. Même sans être déterministe, je me vois mal persévérer dans ces divers domaines alors que je sais que je ne suis pas faite pour ça (et pourtant je rêverai de savoir jouer d’un instrument) ^^’ .

Ola, ce serait un honneur que de voir mes citations orner les tombes des gens mais c’est un peu morbide quand même =<.

C’est drôle, j’avais jamais eu l’impression de m’exprimer de manière particulièrement concrète pourtant. Par contre je crois qu’on peut rapprocher ça à ma manière d’écrire (des romans j’entends) parce que j’estime que la formulation de la phrase doit être simple si on ne veut pas noyer le lecteur (j’avais un ami qui s’exprimait de manière beaucoup plus abstraite que toi et c’était vraiment atroce de le lire quand ça devenait trop long…). Et que du coup la clarté du contenant permet des folies au niveau du contenu (mon péché mignon étant d’inventer des phrases qui ne veulent rien dire au premier abord et/ou absurdes mais qui en fait possèdent un sens profond…enfin surtout pour moi j’avoue XD).

Bref, je suis faible face aux compliments mais je te remercie d’avoir triplé de volume mon ego pour la nuit :D .

« Si tu ne recherches pas le plaisir, tu le procures indubitablement. » = C’est pour ça que tu me relies au mot plaisir alors =O ? Dit comme ça, c’est vachement flatteur en fait…

Gen' Gen' ·  04 juin 2010, 01:37

Tu noteras que lorsque j’écris (des nouvelles ou des futilités en prose, les romans viendront plus tard, pas encore l’envie et la patience de pondre des bouquins entiers >.>), je m’évertue aussi à ne pas faire des phrases trop longues pour la raison que tu cites, avec plus ou moins de succès. Mais si l’outil est le même (l’écriture) la pratique est très différente… être narrateur, ce n’est pas être rédacteur, et vice-versa.

Ce que tu dis à propos de la faculté d’écrire est très vrai, j’ai tellement l’habitude de trouver ça simple que j’ai l’impression que ça peut l’être pour tout le monde (vraiment, je ne fais pas d’effort considérable, je me contente de laisser mes doigts suivre le fil de ma pensée…). Mais si on met tout sur le coup de la chance, c’est triste, on devient amorphe, on se fout de tout puisque de toute façon la vie est une partie de loto. Je préfère m’investir quitte à méchamment me planter parfois, et croire que ça aura de l’incidence sur ce que je crée. Parce que bon, que tu puisses les exprimer ou pas, les arguments sont là, peut-être qu’avec un peu de recul, pour commencer (ou alors en s’imposant une méthodologie stricte au départ, celle dans laquelle nous littéraires avons été baignés ? Mon dieu, je viens de penser à Obélix, serais-je tombé dans une quelconque forme de marmite littéraire ?)… Mais je n’attends pas que les gens écrivent comme moi (quel enfer ça serait, l’écriture deviendrait proscrite pour préserver la santé mentale de l’humanité), j’aime juste qu’ils expriment leur plein potentiel. Et si ça passe par un style léger et aéré, ainsi soit-il ^^

Je te flatte parce que je je trouve que tu le mérites, c’est sans doute ça aussi, être ouvert, ne rien attendre en échange d’un geste sympathique ?

locogitatio locogitatio ·  26 juin 2010, 23:05

Bon j’ai finalement lu cet article (procrastination toussa) et je dois dire que c’était plaisant. Donc quelques réactions vite fait, en roue libre.

Tout d’abord sur le fait que finalement ça faisait un moment que je voulais en créer un seulement procrastination et indécisions en tout genre n’aidant pas, ça a mis du temps. D’ailleurs je me tâte à passer par de l’hébergement mutualisé mais le soucis c’est financier et surtout est ce que ça en vaut la peine, si c’est pour abandonner en cour de route ?
Perso quand j’écris je fais attention à ce que je dis préférant toujours aborder les choses avec un certain recul alors que d’habitude j’ai tendance à être un peu plus décalé, délirant…etc le truc c’est que quand tu vois comment les déb…gens réagissent sur certains sujets tu te dis qu’il vaut mieux faire attention. Enfin c’est un détail ça viendra avec l’habitude je suppose :D

Concernant le peu de gens sur la blogosphère ( celle - ci ou une autre) je crois que le premier soucis c’est de constater le niveau de celle ci, quand je vois des articles aussi bien torché que le tiens, je me dis : ” à quoi bon essayer alors que mon je fais un peu de la merde en comparaison” ? Mais je m’arrête pas à ça, je persévère xD Je pense que c’est aussi un facteur qui pourrait expliquer cela.

Après je prends plus ça comme un passe temps qu’autre chose, je me suis résigné au fait que la popularité et autre “egomesquineries” pour faire des visites c’est inutile. Tiens à propos quand tu vois que les blogs qui ont le plus de succès ne sont pas ceux avec le contenu de meilleurs qualité et de simple blog publicitaire ou pompeur de news, c’est désespérant. Mais vraiment ça me donne pas envie d’écrire, enfin si mais dessus, en sachant que ça risque de foutre la pagaille injustement, mais bon des trucs comme ça me révoltent un peu, ou comment user de l’esclavage web 2.0 ( c’est pour ça que finalement je sais pas si je vais persister sur sens critique par exemple). Fin bon c’est autre chose…roue libre j’ai dit ! xD

En tant que lecteur, j’attends juste du texte bien écrit pas prise de tête et intéressant, après y’a toujours des sujets qui m’intéressent pas sans que cela prenne en compte ces attentes, là je vais pas lire alors que j’en ai pas envie. Faut pas oublier non plus que la procrastination est aussi du coté du lecteur qui préfèreras un texte cours, polémique, sans réflexions plûtôt que quelque chose de plus réfléchi. Y’a qu’à voir le succès de toute ces plateformes de micro bloggin, c’est pas un hasard. Certain l’on comprit et ce qu’on appelle web 2.0 risque finalement de faire chuter cet idéal de culture du net et sa qualité…..oh putain j’écris de ces trucs moi ^^

Ce qui est aussi formidable avec le bloggin c’est l’anonymat qu’il nous procure et la possibilité de “blablater sans frein”, chose qui risque d’être compromise, le serveur gracieusement offert par repporter sans frontière (rsf) pour les bloggueur et journaliste qui ont besoin de garder leur anonymat par exemple est un aveu affolant de défaite de notre démocratie. Enfin je dérive pas plus c’était juste pour formuler le fait que pouvoir blogguer anonymement est un bienfait (même si certains connard en abusent) et que ça ne doit pas être remis en question, d’ailleurs hormis sur un service tel que wordpress.com, on n’est pas vraiment anonyme donc si jamais y’a des trucs hors loi toussa bon c’est pas comme si on était complètement intouchable.
D’ailleurs puisque j’en suis sur l’anonymat, facebook est vraiment un monstre d’un point de vue micro bloggin, putain les gens vont dans l’abattoir avec le sourire, je comprends que ça soit bien pour un homme politique ou une entreprise mais un particulier ? Finalement que les gens soient inculte sur leurs droit et pouvoir virtuel est bien commode pour certains.

Le principe de l’échange entre lecteurs et bloggeurs, finalement j’y crois très faiblement. Le net se lit, se consomme, s’utilise mais au détriment de ce genre d’échange. Y’a qu’à voir les aggrégateurs sur sama and co, tu as des gens (malgré toute leur bonne foi etc) sont juste là pour se faire de la promo sans pour autant participer sur les autres blog…etc on en arrive à des gens qui font de superbes articles et qui sont pas commenté ni même lu ( le nombre de visite ne veut pas dire ‘nombre de lecture’ à taux égal), donc bon c’est aussi aux gens de faire l’effort. On en finira quand les blogs commerciaux et autres sarl derrière n’auront plus droit de présence, c’est triste à dire, pas neutre du tout mais c’est vrai et là encore ce n’est qu’un avis personnel.

Tiens mon article que j’arrête pas de dire qu’il me donne du fil à retordre, c’est pas seulement l’écriture mais surtout la réflexion sur si je le publie ou pas, ou l’auto censure par ‘peur des emmerdeurs, représailles mineures, ou déclenchement de polémique’. Parce que en tant que bloggeur ( je me place de l’autre coté maintenant) c’est pas de me dire “je vais faire un article pour attirer du monde avec racolage etc”, non c’est plus “j’ai envi d’écrire un truc comme ça parce que j’en ai eu l’idée et que j’ai de l’inspiration même si c’est débile ou racoleur’. C’est aussi surtout le fait que je ne veut pas que ce blog devienne un monstre, normalement y’a pas trop de risque là dessus mais sait - on jamais. Les korben and co, ces mecs là utilisent tout les moyens possible de technique de référencement, en balançant aussi des “superbes lecteurs”, “merci”…etc, sachant qu’ils se font de la thune là dessus, bon les mecs sont peut être de bonne foi mais c’est tout simplement exploiter les gens. D’ailleurs des fois, on peut monter une secte de cette manière……..

Je sais aussi que hormis de rares exceptions (coup de folie passagère quoi ^^) je ne parlerais jamais de ma vie privé, parce que ça intéresse personne et que finalement j’ai pas de choses à en dire.
D’ailleurs ma vision du bloggin est assez similaire à celle d’un sovietvoice dans le sens ou le blog participatif est une évolution et un ciment bien plus solidifiant qu’un simple aggrégateur. Après je suis loin de chercher à recruter etc…… en fait je m’en fou arrivera ce qui arrivera :D

J’ai surement oublié un tas de trucs et raconté pas mal de conneries alors faudra m’excuser mais j’ai pas la force de me relire avec assiduité xD

Gen' Gen' ·  29 juin 2010, 20:38

“Donc quelques réactions vite fait, en roue libre.”

La taille de ton commentaire est encore une preuve que la liberté est toujours prolifique, même si c’est parfois dans le mauvais sens. Le principe s’applique aussi largement au net d’ailleurs, d’où l’utilité de poser quelques limites soi-même à l’usage qu’on en fait, par le biais d’un blog participatif par exemple. L’anonymat pose le problème de la liberté d’expression, mais ça ne ferait pas de mal à bon nombre d’internautes d’enfin assumer leurs paroles virulentes et gratuites. Pour ma part, ça ne me poserait pas de problème de créer une page qui indiquerait mes coordonnées personnelles tout en bloguant comme si de rien n’était, au contraire, c’est presque quelque chose que j’hésite à faire sans qu’une quelconque forme d’obligation s’en mêle. La séparation virtuel/irl n’a pas vraiment lieu d’être pour ma part, ou elle permet justement aux gens de se décharger du contenu de leurs écrits dans certains cas. Pourtant je suis comme toi, je n’ai jamais créé ce blog pour y raconter ma vie, et je trouve que ça n’a absolument aucun intérêt (ça ne change pas de mes habitudes : que ce soit dans la vie de tous les jours ou en ligne, je n’aime pas parler de moi). Je ne le fais que lorsque ça a un rapport étroit avec les sujets que j’aborde, ou pour justifier une absence pas respect pour mes quelques lecteurs réguliers (là je m’auto-congratule un peu, je suis toujours incapable de savoir si j’en ai vraiment).

Pour le reste, il y a aussi pas mal de choses que je considère comme injustes et qui m’énervent, et n’étant pas un adepte du laisser couler je préfère tenter de faire les choses de la manière dont je les conçois pour contrer ces phénomènes à ma façon, même si c’est une goutte d’eau dans un océan de palabres virtuelles. Peu importe si ça crée une polémique ou un débat interminable, il y en aura si nécessaire, ça peut même aboutir à un échange vraiment intéressant lorsqu’on prend la peine d’en discuter au lieu de troller à tout va par flemme de défendre son point de vue. De mon côté, j’aime ta démarche de blogging, et je trouve que ton “caractère” transparaît aussi largement dans tes écrits et tes avis, c’est aussi ce qui fait leur intérêt. Le but n’est pas non plus de forcer l’échange, puisqu’il sera dans tous les cas stérile s’il n’a pas lieu d’être à la base, mais plutôt d’appeler la sincérité des points de vue et la curiosité de l’intellect pour que l’échange soit viable, peu importe ce qui se fait en bien ou en mal autour de nous.

Merci d’avoir combattu l’amie procrastination pour me transmettre cette réaction étoffée, en tout cas ^^

locogitatio locogitatio ·  04 juillet 2010, 02:20

De rien, je commente toujours sur un truc que j’ai lu et qui m’intéresse sauf si j’ai vraiment rien à dire.

Pour en revenir au sujet, ce qui m’importe le plus c’est qu’on ait un semblant de choix ou en tout cas que la “liste” de ces choix ne diminue pas plus, déjà qu’elle est assez mince. Donc l’anonymat est une bonne chose, que toi ça ne te dérange pas, ainsi soit - il. Mais je pense quand même que tu ne te rends pas bien compte que dans ce cas tu ne puisses pas parler de tout et librement sans en craindre les conséquences. J’ai jamais eu de soucis à ce propos, cependant quand j’observe certaines choses, certains faits et actions complètement injustifiable et inacceptable, perpétrées dans la plus totale impunité en sachant que ça fait toujours quelque chose même si le dégât est d’ordre matériel (ce qui est perdu par un acte malveillant, l’est à jamais et ne peut ni être récupérée par l’argent ni par une condamnation en justice), alors je refuse de dévoiler mon identité sur le net. Surtout maintenant que les gens sont de plus en plus poussés à bout.

Gen' Gen' ·  06 juillet 2010, 09:41

La totale impunité dont tu parles, l’anonymat est justement un moyen de l’encourager, je ne compte plus les réactions extrêmes totalement déplacées qui n’auraient pas lieu d’être si les personnes devaient assumer leurs propos en dévoilant leur identité. Mais le fait est que ces individus sont davantage commentateurs que blogueurs eux-mêmes. Si je dévoilais mon identité sur ce blog aujourd’hui, je n’ai pas l’impression que ma manière de bloguer serait différente, personnellement, je parle déjà librement et j’en assume les conséquences à loisirs. Je ne suis pas forcément pour la disparition de l’anonymat, mais je connais ses dérives. Dans le cas de sa disparition, on aboutirait aussi à des conséquences dérangeantes, pas forcément du fait de ce qu’on dit vis à vis de la loi, mais surtout parce qu’on deviendrait accessibles à tous les gens peu recommandables du net. L’anonymat est sans doute aussi une sécurité contre les agressions, pour qu’elles ne dépassent pas un certain seuil, et aussi un moyen de laisser notre vie privée à sa place, derrière nos écrans.

locogitatio locogitatio ·  06 juillet 2010, 19:45

Mais je suis d’accord avec toi au détail près, c’est que justement ces paroles et autres actions malheureuses sont aussi le fait d’une minorité ou d’inconscients parfois pour de la manipulation électorale, idéologique ( en groupe) ou tout simplement par profit de cet anonymat.

Tiens un proverbe archi connu qui résumera ma manière de penser ( la première fois que je l’ai entendu j’ai trouvé ça très juste) :

"Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux." -Benjamin Franklin-

Tout n’est pas blanc ni tout noir, il y aura toujours de l’abus mais interdire l’anonymat serait une des pires solutions en fait. La prévention envers les gens qui entravent que dalle à l’internet et toute ces technologies (sans tomber dans de la propagande comme en ce moment avec hadopi) serait me semble - t - il une meilleur idée.
Enfin bon l’anonymat sur le net n’existe pas non plus au yeux des autorités même avec une ip dynamique ou un service de VPN, je crois que le seul vraiment anonyme c’est un réseau comme TOR parce que c’est super long de retracer une ip via 10/20 noeuds mais pas infaisable je pense.

Tout ça est un faux débat pour nous obliger à croire qu’il faut automatiquement qu’on soit identifié sur le net et que ça participer un peu mieux à la sécurité du peuple, alors que ça n’auras qu’un rôle de flicage des masses.

locogitatio locogitatio ·  06 juillet 2010, 19:47

Je me suis toujours demandé si comme d’autres avant nous, ne vivions pas une époque post-dictatoriale, avec internet tout à changé sauf les principes et les postulats de départ.
Je suppose qu’on devra en arriver là afin d’en retirer une leçon ( bien que je ne crois pas trop en la chose).

Gen' Gen' ·  09 juillet 2010, 10:16

“Tout ça est un faux débat pour nous obliger à croire qu’il faut automatiquement qu’on soit identifié sur le net et que ça participer un peu mieux à la sécurité du peuple, alors que ça n’auras qu’un rôle de flicage des masses.”

Je suis tout à fait d’accord avec toi, et la fameuse citation de Franklin a tout a fait sa place dans le débat de la liberté d’expression sur internet. Quelque part, la fin de l’anonymat signerait la fin de cet essor de liberté d’expression que nous a offert internet, pour le meilleur et pour le pire. Ce serait cependant dommage de se séparer de ce que le support peut offrir à cause d’abus minoritaires, comme tu dis, et je ne suis pas foncièrement pour la disparition de l’anonymat. Un anonymat déjà tout relatif dans tous les cas.

Internet est encore jeune, et a sans doute du mal à trouver un équilibre, entre anarchie et sursécurisation.

Sirius Sirius ·  29 juillet 2010, 21:16

C’est pas tout ça mais… il est où le premier coup d’œil sur Saraiya Goyou ?

Gen' Gen' ·  31 juillet 2010, 10:38

Tu devrais suivre mon Twitter, vilain garnement, j’ai estimé la date d’approche de l’objet blogospatial à environ début Aôut (dans les semaines qui arrivent, en gros) ! è_é

(Et pour me faire pardonner, ça sera plus seulement un premier coup d’oeil, mais une review complète o/)

Sirius Sirius ·  31 juillet 2010, 13:42

Oh, moi les tweets… Sinon j’espère bien qu’il s’agira d’une review complète à ce moment et j’attends ça ;)

Juste que le “il est plus que jamais temps d’essayer de se tenir à ce rythme de publication hebdomadaire” de l’intro m’a l’air d’avoir totalement foiré.

Mais bon, l’été est une saison calme sur la blogosphère et il faut refroidir un peu le cerveau alors je comprends ^^

Gen' Gen' ·  31 juillet 2010, 14:46

Parfaitement, il sera surtout temps lorsque le temps sera plus propice au travail. Mon été est un peu en demi-teinte, à la fois très occupé et absolument pas dédié au blog lorsque j’ai du temps devant moi… (faut dire qu’entre le moment où j’ai écris ce billet et aujourd’hui, quelques imprévus se sont glissé dans mon emploi du temps)

Le rythme de publication viendra lorsque je me recommencerai à écrire régulièrement sur les séries qui me passent sous les yeux, en ce moment c’est pas trop ça. Mais Twitter, aussi critiquable que peut être l’outil, reste un parfait moyen d’entretenir le contact en temps de disette de la blogosphère :)

Les commentaires sur ce blog utilisent l'affichage Gravatar, enregistrez votre mail en quelques clics pour lier automatiquement votre adresse mail à un avatar de votre choix sur tous les sites compatibles. Cliquez ici pour en savoir plus.



Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Notice: Undefined index: c_question_hash in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 55 Notice: Undefined index: c_answer in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 61


Voir Également

Gen's Stream v.4, la route continue

Et un bloganniversaire de plus… Et voilà, deux ans se sont déjà écoulés depuis le passage en v.3,...

Lire la suite

Et Christophe Colomb découvrit les Indes...

(ou pas… ne soupirez pas, j’ai bien failli l’intituler “Croisade en Terre Sainte…”) Non, ce billet...

Lire la suite


top