Gen's Stream

Forêt Primordiale v.4.4

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

"

Earth Seeker et autres éveils vidéoludiques sur Wii

HR

Temps de lecture :

2392 mots - 12 minutes

Wii Pic

Wii by kojkom via Pixiv

Il aura fallu attendre que la Wii fête ses 4 ans d’existence sur le marché pour enfin avoir le loisir d’agrémenter sa ludothèque de jeux divers et variés, mais surtout, jouables sans avoir l’obligation de faire participer toute sa famille, comme à cette époque bénie où le joueur restait cloître dans le noir, seul, avec pour unique compagnie une Super Famicom, une Playstation et un écran lui contant les quelques pixels et polygones bouleversants d’un Xenogears ou d’un Terranigma (souvenirs en musique). Après avoir été confronté à une vague, que dis-je, un océan de jeux à l’orientation casual manifeste (parfois même un peu trop), sympas trente secondes avec mémé, et condamnés à accueillir la poussière d’une étagère (tout comme la console en elle-même d’ailleurs), les titres plus denses font finalement leur apparition sur la console Nintendo, qui n’a plus pour seul intérêt sa rétrocompatibilité Gamecube. Une aubaine pour les joueurs patients, les autres se mordant les doigts d’avoir vendu leur console en désespoir de cause.

“Wii-bera Me” From Hell

Depuis environ un an, les sorties orientées “hardcore” fulgurent (Muramasa, pour lequel mon avis rejoint plus ou moins celui de Corti, Sin & Punishment 2, Fragile, plus récemment Xenoblade, qui je l’espère fera l’objet d’une localisation dans une petite année, ou Metroid Other M de manière plus relative, un drôle de virage après un Metroid Prime Corruption dévoré) et les présages laissent entendre le meilleur. Le genre RPG semble aussi s’être tourné vers la console et ses coûts de développement plus accessibles avec quelques projets qui vont sans aucun doute pousser à l’achat (à commencer par le The Last Story d’Hironobu Sakaguchi, Dragon Quest X et Tales of Graces sorti depuis un moment au Japon). A côté de ça et des licences perdues qui renaissent (Kirby’s Epic Yarn, Donkey Kong Country Returns, confié aux mains de Retro Studios, les gars qui sont à l’origine des Metroid Prime, et même l’engageant Epic Mickey), on espère voir fleurir des projets de moindre envergure tout aussi charmeurs. Earth Seeker fait partie de ces jeux qui passent un peu inaperçus au milieu des grosses annonces mais laissent promettre le meilleur, d’où ce billet purement informatif pour évoquer le sujet. Avec la sortie de la 3DS début 2011 et un programme de lancement plutôt prometteur (c’est un euphémisme), Nintendo semble faire son meaculpa au milieu gamer et nous offrir ce dont nous rêvions sur un plateau d’argent (pour noyer le poisson ?).

Earth Seeker Pic

Illustration officielle d’Earth Seeker by Crafts & Meister

Bienvenue chez les Ewoks

L’histoire d’Earth Seeker nous expédie pêle-mêle des millénaires dans le futur, ou peut-être juste des siècles, ou à une quelconque époque uchronique, peu importe, dans tous les cas, l’humanité fait face à une crise sans précédent à mesure qu’un trou noir s’approche et menace d’éradiquer toute vie sur la Terre, jusqu’à engloutir la planète. Pour faire face à ce cataclysme, une seule solution s’impose : la colonisation spatiale à large échelle. C’est ainsi que pour le bien de l’humanité, des milliers de vaisseaux spatiaux sont conçus, capables de contenir des villes et environnements entiers, et sont envoyés aux quatre coins des étoiles afin de trouver une planète refuge en emportant les trésors de la Terre. Mais durant le voyage, un accident dramatique souffle l’un des détachements d’arches : un rayonnement gamma tue sur le coup la totalité de la population humaine des appareils, qui continuent leur voyage, vides, guidés par les ordinateur de bord déterminés à trouver une planète hôte.

C’est au terme d’une longue errance dans l’espace que le détachement trouve enfin une planète compatible, et que les systèmes automatisés entreprennent la phase de terraformation de l’astre (ou, dirons les plus éminents scientifiques, son “écogénèse”). Mais l’état des machines des vaisseaux n’est pas ce qu’il y a de plus neuf après cette odyssée spatiale, et l’atmosphère de la planète a fini de les abîmer lors de l’atterrissage. Emballés dans leur course à la synthèse d’un environnement viable, les vaisseaux créent tout un tas de chimères monstrueuses à la place des créatures terriennes qu’il avaient pour fonction de reconstituer. Tandis que l’atmosphère de la planète change drastiquement, ces monstres génétiques colonisent peu à peu l’environnement et le visage de cette seconde Terre change à jamais sous l’oeil désolé de ses habitants d’origine, qui survivent malgré tout à la catastrophe.

Earth Seeker Pic 3

Ces pochtrons d’Ewoks de Guardians, illustration officielle by Crafts & Meister

Le jeu se déroule mille ans après ces évènements, et plonge le joueur dans la peau de la très charmante Kyara, sorte d’Eve de demain, un humain tentant de survivre dans cet environnement hostile. Enfin, pas tout à fait un humain, ou dumoins pas terrien au sens propre du terme, plutôt un nouveau type d’humain synthétisé par les vaisseaux, un “Earthoid”. Votre venue est plutôt remarquée au sein des population autochtones, de petits être poilus appelés “Guardians”. Vos vaisseaux ont saccagé leur planète et répandu des vagues de créatures difformes dans leur environnement, et ils demandent des comptes. Cependant, il sont apparemment très amateurs d’un liquide alcoolisé que vous pouvez leur fournir, alors vous passez un accord : ils vous aident à réparer les erreurs de votre civilisation, et en échange, vous leur procurez cet hydromel. Autant dire qu’au vu de la taille et de la nature des bestiaux qui se sont installés sans demander l’autorisation du propriétaire des lieux, la tâche risque d’être quelque peu ardue, d’autant plus que les vaisseaux colonisateurs on reconstitué ça et là des bouts de Terre un peu en désordre. C’est ainsi qu’on se retrouvera plus ou moins à combattre des créatures de dix fois notre taille au pied de la tête décapitée de la Statue de la Liberté, ou devant les ruines couvertes de végétaux du Louvre, aidés par des petits bonhommes très utiles en combat, tout en tentant de comprendre la raison de notre présence dans ce monde sauvage et en essayant au mieux de réparer l’énorme gaffe de l’humanité. Un synopsis pour le moins alléchant.

Earth Seeker Pic 2

Kyara concept, image tirée du site officiel by Crafts & Meister

Comme un air de Monster Hunter ?

Earth Seeker se veut être un Semi-Action RPG, entendez par là que vous vous déplacez librement dans l’environnement accompagné par votre clique de Guardians, et dès que vous croisez le regard d’une horreur génétique, la caméra se cible sur la bestiole et le combat est engagé. Les déplacements durant la bataille s’effectuent en temps réel, mais le temps se fige lorsque vous appuyez sur la touche A de votre wiimote pour sélectionner les commandes à donner à vos sbires miniatures. Cela induit que ce sont eux qui s’occupent de faire le sale travail, et que le personnage contrôlé par le joueur pourrait possiblement n’effectuer aucune action (si ce n’est peut-être, la fuite à toutes jambes si tous vos Guardians ont été réduits en chair à pâtée).

Du côté des Guardians donc, toute une panoplie d’attaques permettront d’exploiter les points faibles des ennemis (certains sont insensibles aux balles par exemple, et l’affinité élémentaire joue un rôle important grâce à l’utilisation de balles d’énergies spécifiques qui peuvent être cumulées pour augmenter le degré de puissance de l’attaque élémentaire, vos vaisseaux ayant fourni aux petites bêtes primitives les moyens d’évoluer drastiquement en peu de temps). Il vous sera possible de vous entourez des petits poilus de votre choix en vous préparant dans leur village (il en existe donc supposément plusieurs types, chacun possédant des caractéristiques bien précises). La gestion des commandes pour donner des ordres à votre petite troupe sera cependant limitée, puisque chaque ordre consomme une barre d’”Action Cartidges” qui se régénère petit à petit durant le combat.

Earth Seeker Pic 4

Screen du système de combat d’Earth Seeker. Copyright Crafts & Meister

Les bases de ce système de combat ne sont pas sans rappeler une certaine licence où on taillade du reptile avec une légitimité toute relative, et pour cause, l’un des fondateurs du studio Crafts & Meister est un ancien de Capcom, Noritaka Funamizu, qui a entre autres travaillé sur Street Fighter II et le premier volet de la série Monster Hunter. Un moyen de renouer avec ses anciennes amours et de présenter un jeu plus proche de l’évolution de la série qu’il imaginait ? Si le résultat est plus qu’un Monster Hunter sauce SF et se démarque suffisamment de la licence phare, je ne demande qu’à y goûter. Niveau environnements, on nous promet un mélange entre décors terriens connus en ruines et lieux natifs de la planète, les vaisseaux ayant mué avec le sol et l’environnement de la planète dans un tout plus ou moins uniforme (on peut imaginer que le jeu proposera aussi différents environnements à la manière de Monster Hunter, mais je spécule). La question de savoir si le jeu franchira nos frontières est en suspens, et au vu du succès des jeux Third Party sur la console, on peut déjà douter du succès commercial du titre, aussi bon soit-il, même s’il reste encore beaucoup de choses à apprendre à son sujet. Une tendance qu’on pourra peut-être revoir à la baisse si les développeurs produisent davantage pour la Wii, le mouvement est en bonne voie de se concrétiser pour le moment.

Earth Seeker Pic 5

Ah, Paris, sa pyramide du Louvre, sa jungle… Copyright Crafts & Meister

Through the Cute and Far Away

Dans un tout autre genre, qui se rapproche plus du jeu de plateforme 3D old-school à la Rayman 2, Epic Mickey m’intéresse aussi pas mal, avec son univers cartoonesque torturé un brin Steampunk et son ambiance aux petits oignons, une aventure agrémentée de petits passages 2D qui renvoient directement à l’histoire de la souris de chez Disney, depuis l’époque du dessin animé en noir et blanc jusqu’à l’heure actuelle. Si le gameplay reste résolument simple et sans trop d’originalité, c’est un classicisme qui n’a pas beaucoup de concurrents sur la console, et même sur toutes consoles confondues, comme si les Mario 64, Banjo Kazooïe et autres jeux de plateforme 3D très accessibles n’étaient plus que des fossiles qui n’ont pas leur place sur la génération actuelle (des consoles qui s’adressent peut-être dorénavant à un public plus âgé ?). Dans tous les cas, lorsque le travail est fait avec soin et inspiration, je suis demandeur, le jeu d’action-aventure à l’ancienne manque cruellement de représentants à l’heure actuelle (si ce n’est peut-être avec Uncharted, plus typé Tomb Raider drogué à l’adrénaline que jeu de plateforme enchanteur).

Le nouveau volet de Kirby saura aussi très certainement me charmer avec ses faux airs de Yoshi’s Island/Yoshi Story et son monde tout de boutons, de fils de laine et de tissus, les jeux de plateforme 2D originaux me manquent aussi terriblement. Et puis quand c’est si mignon, on se laisserait même tenter par le diable en personne (mignon mais pas totalement niais : la musique savante en fond de niveaux est une très agréable surprise)… Arrosez-vous de balles et entretuez-vous vainement sur vos Halo Reach et autres FPS au gameplay copié-collé pas intéressants pour un sou, pauvres moutons de panurge, moi pendant ce temps je me transformerai en camion de pompier brodé et je rendrai ses couleurs à un monde de dessins animés oubliés ! *Viens de perdre toute crédibilité en tant qu’homme* Bon d’accord, j’attends aussi le jeu de collection que sera Duke Nukem Forever parce que même si c’est un mauvais jeu, il est déjà culte depuis dix ans. Et en parlant de dix ans, PSO2 a récemment été annoncé pour les dix ans de Phantasy Star Online, là aussi je suis curieux de voir ce que ça donnera (quelque chose éloigné d’Universe, j’espère). Ils devraient aussi penser à compter les années depuis la création de la saga Phantasy Star d’ailleurs, elle doit avoir à peu près mon âge, et Sega ne nous a rien offert de particulier pour nos 20 ans.

Kirby Pic

Vade retro, Satanas ! (Kyun~) Copyright Nintendo

NB : Le second tour du Blindtest Japanim arrive bientôt (vous pouvez encore participer en attendant), je ne vous ai pas oubliés, courageux combattants de la lumière musicale, ce que je vous réserve vous fera subir les pires tourments, préparez-vous (et préparez toute personne qui pourra vous accompagner dans cette quête orageuse - je ne plaisante pas, deux esprits torturés valent mieux qu’un -).

Vous remarquerez aussi que j’ai ajouté des sous-titres au billet pour un affichage plus clair et une lecture plus aisée, vous me direz si ça vous plaît. Je changerai peut-être aussi la taille de la police à l’occasion (pour l’agrandir juste un peu), pour ne pas fatiguer vos petits yeux avec mes pâtés imbuvables en attendant une éventuelle et fort probable version 4. Voilà, ce sera tout pour le moment, vous pouvez disposer. Et si vous avez commencé la lecture ici, retournez tout de suite en haut, pauvre fou, Kirby vous maudira sur treize générations !


Gen'

Gen'

Abonnez-vous au Flux RSS pour suivre les prochains billets de cette catégorie.

kyouray kyouray ·  01 octobre 2010, 01:55

Oh Earth Seeker m’était passé sous le nez, c’est prometteur, je vais suivre ça de près, merci pour l’info.
Sinon Kirby, j’attends ça depuis l’E3 orz. Enfin ça n’empêche pas qu’il y ait toujours des jeux moins “hardcore” genre Babysitting Mama D:
Autant PSO2 est une super nouvelle qui est une surprise aussi vu l’échec que fut Phantasy Star Universe, autant je suis un peu déçu que le support annoncé est le PC car il va falloir investir dans une nouvelle machine pour ma part, ce qui est va être dur avec tous ces jeux et la 3DS :p

Gen' Gen' ·  01 octobre 2010, 11:55

Il y a effectivement encore énormément de jeux casual, mais faut bien alimenter le public à qui la console doit son salut. L’important c’est que maintenant, on a le choix, on est pas forcément obligé de se tartiner des jeux de ménagères pour alimenter notre ludothèque.

L’annonce de PSO2 sur PC laisse peut-être suggérer un MMORPG pure souche, ce qui serait assez dommage puisque c’est en mode offline que j’ai passé le plus clair de mon temps à y jouer (les joies de l’écran splitté, ça aussi c’est sans doute du passé, surtout vu le support annoncé). Avec une sortie prévue pour l’année prochaine, on devrait avoir très vite de nouvelles informations. Le succès des volets portables n’est sans doute pas en rien dans le développement de cette suite.

En effet l’année fiscale 2011 risque d’être serrée avec tous ces achats au programme (d’autant plus que je prévois dans un avenir relatif de me munir d’une PS3…). Et au plaisir pour Earth Seeker, c’est bien parce que le jeu passe un peu inaperçu que j’en parle, c’est aussi une manière de soutenir les développeurs tiers avec les infimes moyens dont je dispose :)

Fisico Fisico ·  01 octobre 2010, 19:26

Je connaissais déjà Earth Seeker depuis l’annonce du jeu dans les scans de Famitsu, mais autant les artworks étaient vaguement charmeurs autant on sentait dès le début que les pauvres développeurs allaient manquer de moyenz, le coté “MOnster Hunter” du pauvre m’a donc vite désintéressé du titre… à court terme. On est pas à l’abri d’une (bonne) surprise mais vu les moyens mis en oeuvre je préfère rester sur une grosse réserve pour le moment.

Quand à Kirby oui ça va saigner, le co-op est tout bonnement génial. Mais ce ne sera pas avant… 2011 pour l’Europe, merci NOE.

Gen' Gen' ·  02 octobre 2010, 03:06

Un Monster Hunter du pauvre par l’un des deux créateurs de la série Monster Hunter, je demande tout de même à voir ! Si le budget est limité, le travail approfondi sur le background est particulièrement engageant.

Les commentaires sur ce blog utilisent l'affichage Gravatar, enregistrez votre mail en quelques clics pour lier automatiquement votre adresse mail à un avatar de votre choix sur tous les sites compatibles. Cliquez ici pour en savoir plus.



Ajouter un commentaire Fil des commentaires de ce billet

Notice: Undefined index: c_question_hash in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 55 Notice: Undefined index: c_answer in /var/www/gen/www.genstream.fr/all-blogs/plugins/accessibleCaptcha/class.dc.filter.accessible.captcha.php on line 61


Voir Également

Resident Evil Revelations : la démo eShop

Je doute un peu de l’intérêt d’impressions écrites autour d’une démo gratuite, mais puisque je n’ai...

Lire la suite

Ludum Dare 22ème Edition : Ma sélection

Bonus de cette édition : un chat inclus dans votre production = un vote offert ! Ludum Dare, c’est...

Lire la suite


top