Arrietty Pic
Je débarque après un raz de marée de billets qui ont déjà parlé de Karigurashi no Arrietty et ont retourné le film dans tous les sens, quitte à taper allègrement dans l’auto-mutilation et les dissections indélicates, mais j’avais envie de développer ici bas mon point de vue sur un film qui, s’il est loin de se hisser sur le haut du podium des productions Ghibli, m’est apparu comme une fable pleine de charme et quelque peu fataliste sur le quotidien, et sa déconstruction par le poids de la banalisation de tout ce qu’il peut avoir de magique et de changeant. Plus intimiste et universel que...